Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Insoutenable nucléaire

À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire

par Charlotte Nordmann

à propos de

À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire

Ces derniers mois, on a vu paraître, sous forme de livres ou de films, plusieurs enquêtes approfondies sur le monde nucléaire. On remarquera ainsi en particulier le documentaire d’Esther Offenberg, Au pays du nucléaire, sur la presqu’île du Cotentin, où sont implantées l’usine de retraitement de La Hague et la centrale de Flamanville, ou encore R.A.S. Nucléaire, rien à signaler, d’Alain de Halleux, qui traite du fonctionnement de l’industrie nucléaire et de la façon dont y prime l’impératif de rentabilité sur le souci de la sécurité (à travers notamment le recours aux travailleurs intérimaires), et, enfin, Déchets, le cauchemar du nucléaire, une enquête menée dans trois des pays les plus nucléarisés : les USA, la Russie et la France, et qui a donné lieu à un livre et à un film.

La question des déchets est emblématique du nucléaire à plus d’un titre : sa gestion opaque permet d’apprécier la valeur des prétentions actuelles de l’industrie nucléaire à la «transparence» ; cette question manifeste également les risques que fait courir aux populations le nucléaire, et la façon dont l’État accepte de les exposer au danger (aux USA et en France comme en Russie, bien qu’évidemment à des degrés divers) ; enfin, l’absence de solution au problème des déchets nucléaires (doublée de la dénégation constante du problème par l’industrie) fait porter un doute majeur sur la viabilité du système nucléaire.

De façon particulièrement éclairante, l’enquête de Laure Noualhat fait le lien entre l’histoire du nucléaire militaire et l’actualité du nucléaire civil, entre les pollutions héritées de périodes où l’on ne se souciait absolument pas de l’exposition éventuelle des populations, et les pollutions actuelles, où l’on cherche certes à limiter cette exposition, mais où on l’accepte également, comme un mal «nécessaire», et qu’on peut parvenir à faire admettre aux populations locales à coup de subventions. Le secret qui régnait pendant la seconde guerre mondiale et pendant la guerre froide prévaut encore aujourd’hui, ainsi que l’idée que les décisions concernant le nucléaire ne peuvent être du ressort des citoyens. Seul diffère le degré de dommage que l’on estime pouvoir infliger à la population sans risquer de susciter indignation et résistances. Il est à espérer cependant que l’insistance du film comme du livre sur les pollutions terribles produites pendant la guerre, sur les premiers sites nucléaires américains et russes, pollutions durables, et qui n’ont jamais été reconnues, ne fasse pas estimer moins dignes d’attention les contaminations actuelles.

Le travail d’enquête et d’explication mené par Laure Noualhat a une valeur pédagogique incontestable : on en revient édifié, tant sur les risques matériels inhérents à cette industrie, qu’on nous présente en France comme un fleuron national, que sur la façon dont elle est gérée. On ne peut qu’être frappé de la description, et de la constatation sur le terrain, des ravages causés par l’industrie nucléaire depuis ses débuts (pendant la seconde guerre mondiale) ; on ne peut qu’être effaré du cynisme et de la mauvaise foi des dirigeants du nucléaire, prêts à nier, contre toute évidence, les dangers du nucléaire et les torts infligés aux populations (ici, le film est sans doute plus fort que le livre, la caméra saisissant les mimiques gênées ou hypocritement bienveillantes des responsables d’EDF ou d’Areva (rappelons qu’Areva, entreprise privée née de la fusion entre CEA Industrie, la Cogema et Framatome, et dont l’État est l’actionnaire majoritaire, est le principal acteur du nucléaire en France). Au coeur du livre, la dénonciation des mensonges de l’industrie nucléaire française, qui présente l’énergie nucléaire comme «recyclable» alors que seulement 2,5 % de son combustible est effectivement «recyclé» – pour produire d’ailleurs des déchets eux-mêmes non recyclables, et plus dangereux encore. La propagande d’Areva ne tient pas longtemps à l’examen des chiffres disponibles concernant le prétendu «recyclage» du combustible nucléaire.

Lorsque l’on s’intéresse au fonctionnement de l’industrie nucléaire, on découvre un monde où règnent des règles particulières, un monde dont les plus hautes sphères de l’État estiment manifestement qu’il s’agit d’un domaine réservé. Là, les exploitants peuvent fixer eux-mêmes, en «collaboration» avec les instances de contrôle, les normes de rejets radioactifs auxquelles ils sont «astreints», et peuvent prétendre à l’absence de nocivité de rejets de faible quantité en les comparant aux doses reçues par les irradiés de Hiroshima et Nagasaki (comme c’est le cas à l’usine de retraitement de La Hague) ; là, l’interdiction faite de se débarrasser des déchets nucléaires en pleine mer peut être contournée par une canalisation déversant des matières radioactives depuis les côtes (La Hague encore) ; là, l’État s’efforce d’empêcher toute mesure de la radioactivité aux abords d’un site nucléaire (Hanford, USA), ou interdit purement et simplement l’accès à des zones où se trouvent des installations déclarées stratégiques (Tomsk, Russie). Dans ce domaine, les décisions concernant le degré de risque et de dommage acceptables sont prises hors de tout processus démocratique, de tout contrôle collectif, de tout souci de transparence.

Laure Noualhat dénonce clairement le fait que toute l’industrie nucléaire soit fondée sur un problème majeur, celui des déchets, auquel depuis soixante ans on n’est pas parvenu à trouver de solution, et qui va bientôt se prolonger dans le problème du démantèlement des centrales. Cependant, la perspective choisie – celle de se limiter au problème des déchets – si elle peut tout à fait se justifier, en ce qu’elle permet une étude approfondie dans le cadre restreint d’un film de télévision ou d’un petit ouvrage, devrait être complétée par l’évocation, aussi succincte soit-elle, des autres problèmes soulevés par le fonctionnement de l’industrie nucléaire, comme les problèmes de sécurité des installations, le risque d’accident, ou encore les pollutions induites par l’extraction du minerai d’uranium. Même concernant le seul problème des déchets, son ampleur et sa radicalité ne sont pas suffisamment mises en évidence.

Ainsi, en mettant en avant, comme s’il s’agissait de la critique majeure qu’on pouvait faire concernant la gestion des déchets nucléaires en France (c’est l’argument qui revient en conclusion), le fait que 13 % de «nos matières radioactives parcourent des milliers de kilomètres sans autre protection que leur conditionnement pour finir, abandonnées, à ciel ouvert, sur de gigantesques parkings sibériens» (p. 190) – un fait certes révélateur de l’irresponsabilité des dirigeants du nucléaire en matière de gestion des déchets –, le livre peut conduire à penser que le traitement des déchets ne pose qu’un problème marginal, et finalement assez facilement soluble.

De même, lorsque Laure Noualhat dit, en conclusion, qu’«aujourd’hui, il n’existe aucun site de stockage définitif en service pour les déchets de haute activité» (p. 191) : une telle formulation peut laisser penser qu’il n’y a là qu’un problème factuel, qui appellerait une solution technique, et qui pourrait être résolu pour peu qu’on y mette les moyens adéquats (le commentaire du film suggère même que le problème est d’abord financier). Le stockage en grande profondeur est de plus présenté comme la «solution la plus moderne» et «la plus performante» (p. 163) – certes sans doute avec une certaine ironie, mais on aimerait que cela soit explicité.

Il faudrait dire clairement que cette «solution» n’en est pas une, puisque sa fiabilité est purement hypothétique (comme le reconnaît, avec un humour involontaire, le CEA, lorsqu’il dit que «la démonstration de la sûreté d’un stockage reposera in finesur la conviction intime du bon fonctionnement de l’installation» (site internet du CEA, section «Environnement et Santé», sous-section «Recherches sur les déchets», consulté le 20/10/2009)), puisqu’elle suppose que ces déchets soit surveillés et le site entretenu pendant des centaines d’années, ce qui nécessite une stabilité économique, sociale et politique sur laquelle il est peu raisonnable de compter, et puisqu’il est pour le moins problématique de léguer un tel héritage aux générations futures. Dans la conclusion du livre de Laure Noualhat, la possibilité d’entretenir un site de stockage jusque vers l’an 2600 ou 3000 est pourtant présentée comme réaliste – bien qu’avec (tout de même !) des réserves. «Toute la question,nous dit l’auteur, est de savoir si nous sommes capables de conserver la mémoire au-delà, sur des millénaires ou des dizaines de millénaires» (p. 192)… L’enfouissement en grande profondeur pose en fait, bien avant cela, des problèmes fondamentaux : outre que ses aspects techniques ne sont pas maîtrisés à l’heure actuelle, et ne paraissent pas en passe de l’être, si l’on se mettait à enfouir les déchets en France, l’exemple ainsi constitué ferait sans aucun doute des «émules», et l’on verrait se multiplier les sites de stockage plus ou moins fiables partout dans le monde – l’industrie nucléaire étant trop heureuse de trouver ainsi le moyen de faire disparaître de la vue ses encombrantes productions collatérales, quitte à créer partout d’imprévisibles bombes nucléaires à retardement. Au lieu d’évoquer ces problèmes, Laure Noualhat ne pointe dans sa conclusion qu’un obstacle à cette «solution» : le fait que «les populations locales y[soient]fortement opposées» (p. 191). En ne mentionnant pas les raisons de cette opposition des populations, elle prend le risque de la faire apparaître comme l’expression d’une résistance irrationnelle.

L’intérêt de la démarche de Laure Noualhat est d’aborder posément une question brûlante, de prendre le temps de mener une véritable enquête de terrain et d’aborder des questions techniques, de façon aussi accessible que possible, en allant interroger les «responsables» de l’industrie et en recourant aux connaissances et aux techniques élaborées par les mouvements de contre-expertise qui se sont développés pour contester à l’État et à l’industrie le monopole du savoir sur le nucléaire. L’enquête a ainsi été réalisée en collaboration avec la CRIIRAD, une commission indépendante de recherche et d’information sur la radioactivité, créée au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl.

Mais cette perspective ouvre aussi la voie à des glissements. Toute la question du nucléaire ne relève pas de l’«expertise», comme Laure Noualhat semble parfois le penser, lorsque par exemple elle invoque l’autorité de «spécialistes en sciences humaines» (p. 164) pour étayer l’argument selon lequel il est problématique d’enfouir les déchets de façon irréversible. De la même manière, la préface du livre le place sous le patronage d’une figure emblématique du «savant», celle d’Hubert Reeves, pourtant apparemment peu au fait du problème, puisqu’il dit se réjouir du fait que Nicolas Sarkozy ait récemment déclaré être prêt à consacrer, pour chaque euro mis dans le nucléaire, un euro pour les renouvelables – alors même que l’on sait à la fois le crédit qu’il faut apporter à de telles déclarations, et le fait que le développement du nucléaire s’est toujours fait au détriment des énergies renouvelables, et plus encore de l’indispensable politique de réduction de la consommation d’énergie (on pourrait aussi bien dire un euro pour la vie, un euro pour la mort !). On a aussi parfois le sentiment – notamment dans le film – que les mouvements de contestation du nucléaire qui ne prennent pas la forme de critiques techniques et scientifiques de l’industrie sont vite réduits à des mouvement irrationnels. Dans le film, les manifestants s’opposant au passage de convois de déchets sont ainsi présentés comme l’illustration des «peurs» suscitées par le nucléaire. Or, comme le montre le développement au sein des mouvements d’opposition au nucléaire de contre-expertises avec lesquelles l’industrie elle-même se voit obligée de composer, l’enjeu est précisément, à propos du nucléaire, de saisir cette question comme une question à la fois technique et politique, sans exclusive.




Charlotte Nordmann
Charlotte Nordmann est l'auteure de Bourdieu/Rancière. La politique entre sociologie et philosophie; de La Fabrique de l'impuissance 2. L'école, entre domination et émancipation; et a dirigé l'ouvrage Le Foulard islamique en questions.
Autre(s) article(s) du même auteur paru(s) dans la RiLi
La philosophie à l'épreuve de la sociologie
Écologie, écologie : l’écologie existe-t-elle ?
J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)
Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »
Insoutenable nucléaire
Pour citer cet article : Charlotte Nordmann, « Insoutenable nucléaire », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 16/03/2011, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=542
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
En kiosque actuellement


Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro