Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Le « moment » Bergson-Bachelard

à propos de Frédéric Worms et Jean-Jacques Wunenburger (dir.), Bachelard, Bergson : Continuité et discontinuité et de Frédéric Worms, La Philosophie en France au xxe siècle : Moments

par David Macey

À l’occasion de la sortie de La Philosophie en France au XXe siècle : moments, de Frédéric Worms, David Macey se sert de la nouvelle périodisation de la philosophie française proposée dans cet ouvrage pour entreprendre une analyse de Bachelard, Bergson : Continuité et discontinuité(publié sous la direction de Frédéric Worms et Jean-Jacques Wunenburger), et mettre au jour les tensions, les points de contacts, mais aussi les convergences des oeuvres de ces deux philosophes dont l’influence en France a été décisive tout au long du XXe siècle.

Dans un ouvrage synthétique qui fera date, et qu’il décrit lui-même comme « à la fois un manuel, un recueil, et un essai », Frédéric Worms, connu surtout pour ses travaux sur Bergson, ébauche une histoire de la philosophie en France au XXe siècle qui s’organise en une série de séquences, de « moments1 ». À noter, d’abord, que « la philosophie en France » n’est pas synonyme de « philosophie française », notion sous-tendue par une certaine idée de la France et résultant, comme le démontre Worms, du rabattement d’une tradition philosophique sur un prétendu caractère national puisé à des sources historiques ou anthropologiques. Une telle philosophie « nationale » a été construite par Bergson et Boutroux pendant la première guerre mondiale à partir d’une série d’oppositions franco-allemandes : clarté/technicité linguistique, positivité/spéculation dogmatique, etc. Loin de Worms l’idée de construire une telle machine de guerre, mais, s’il semble accepter qu’on ferait mieux de parler de «philosophie écrite en langue française » plutôt que de philosophie française, la perspective adoptée reste résolument franco-française. On voudrait, par exemple, en savoir davantage sur la réception française de la philosophie dite « analytique ».

Encyclopédique (c’est son côté « manuel »), la fresque n’est pas, pourtant, exhaustive, et comporte certaines lacunes. La philosophie politique (Lefort, Castoriadis…) est quasiment absente du tableau, et certains auteurs (Althusser, Foucault, Badiou…) sont discutés de façon bien sommaire. L’on peut aussi déplorer la non-présence de Philippe Lacoue-Labarthe ou de Jean-Luc Nancy, mais l’absence la plus criante est celle de la philosophie féministe. Simone Weil est la seule femme évoquée ; les noms de Beauvoir, Irigaray, Kristeva et d’Agacinski ne figurent même pas dans l’index.

Les « moments » de la philosophie

Le mot-concept « moment » a son histoire, mais Worms refuse la bien connue acceptation hégélienne selon laquelle un moment serait un élément constituant d’une Aufhebung (abolition/subsomption) ou dépassement totalisant qui aboutirait au Savoir absolu : «Il ne s’agit pas […] d’intégrer cette histoire dans unephilosophiede l’histoire, c’est-à-dire de la considérer comme des moments d’un sens supposé absolu, se déroulant dans le temps, et conduisant (comme toujours dans ces cas-là) jusqu’à celui qui parle. » Toute téléologie est résolument écartée : «Le siècle n’a pas été écrit à l’avance » (p. 12). Le siècle n’a pas conduit à une quelconque fin de l’histoire et nous ne sommes pas les derniers hommes. Loin d’être un point d’aboutissement, le moment présent, comme le passé, nous pose un problème, défini par l’auteur comme celui « du vivant » ; il s’agit de notre existence biologique, écologique et même neuronale.

Pour Worms, les moments de l’histoire tournent autour des problèmes philosophiques, et autour de relations ouvertes, tendues, entre des oeuvres singulières. Il s’agit donc d’une histoire relationnelle, qui n’est pas sans rappeler la notion kristevienne d’un « intertexte » littéraire, d’un dialogue perpétuel entre des textes (mais pas forcément des auteurs) qui se parlent, se reprennent et se disputent à travers le temps. Un même problème peut engendrer des solutions différentes, sinon contradictoires. Le moment 1900, centré sur le thème-problème de l’esprit, peut engendrer, par exemple, une opposition entre une philosophie du concept (la lignée Brunschvicg, Bachelard, Canguilhem, Foucault…) et une philosophie de la conscience ou du sujet (la lignée Bergson – et ses variantes plus ou moins spiritualistes ou matérialistes –, Merleau-Ponty, Sartre). Il serait possible d’écrire l’histoire du siècle dans les termes de cette opposition, mais, pour Worms, cette histoire est avant tout le produit d’un même moment, dont les deux versants donnent lieu à un conceptualisme épistémologique et à une ontologie du sujet.

La notion de « moment » est peut-être plus féconde que celle de « génération », promue dans l’histoire et la philosophie par Vincent Descombes, puis dans l’histoire socio-intellectuelle par Jean-François Sirinelli. Pour Descombes, dont le grand livre qu’est Le Même et l’Autre2 a énormément influencé les lectures britanniques de la philosophie française (ce qui est tout à fait normal, étant donné qu’il était destiné à un public britannique), l’histoire philosophique du dernier siècle consiste, grosso modo, dans une transition de la génération des trois « H » (Hegel, Husserl et Heidegger) à une génération marquée pas les maîtres du soupçon que sont Freud, Marx et Nietzsche. Hypothèse séduisante, mais pas forcement convaincante. Est-ce vraisemblable que l’histoire intellectuelle du XXe siècle commence quand une génération née aux environs de 1900 se met à écrire… en 1930 ? Est-ce que l’histoire de la philosophie est la même chose qu’une chronique des générations de philosophes ? La notion de « moment », conçue non pas comme une unité ponctuelle de temporalité, mais comme un faisceau de thèmes et de problèmes, permettrait justement d’examiner d’une façon non linéaire des phénomènes non générationnels, telle la régénération deleuzienne de Bergson.

En schématisant à l’extrême, l’histoire que propose Worms obéit à une périodisation assez simple : le « moment 1900 » s’organise autour du thème/problème de l’esprit, le moment de la seconde guerre mondiale autour du problème de l’existence, et le « moment des années 1960 » autour de celui de structure et de différence. Je me permets d’ajouter que, outre-Manche, le « moment philosophique » des années 1960 a eu lieu avec un petit décalage – dans les années 1970 – et a été pour certains (minoritaires, certes) un moment althussérien et, donc – coupure épistémologique oblige –, bachelardien.

Les repères temporels de Worms sont bien sûr conventionnels. Le XXe siècle, par exemple, n’a pas commencé d’un coup en 1900, et le « moment 1900 » va « des environs de 1890 à ceux de 1930». Le moment « seconde guerre mondiale », lui, commence vers 1929-1930, quand Georges Politzer annonce (ou appelle de tous ses voeux) la fin de la parade philosophique qu’est le bergsonisme, et quand Paul Nizan déclare dans ses Chiens de garde que, si les clercs ont trahi l’homme au nom de la raison, il ne faut pas rougir de trahir les clercs au nom de l’«homme concret ». Les thèses de Politzer sur le « drame individuel » de l’existence annoncent – ou mieux, permettent l’émergence de – bien des thèmes sartriens, et même le premier Lacan. Si révolte il y a, il y a aussi une continuité souterraine signalée par la circulation du vocable « trahison » (thème sartrien par excellence), qui évoque inévitablement Benda et La Trahison des Clercs (1927), pourfendue, on le sait, par Politzer et Nizan. Pour Worms, ces trois noms indiqueraient une certaine solution de continuité. Benda critique Bergson au nom d’un rationalisme qui n’a rien à voir avec le marxisme d’un Nizan, et accuse les clercs d’avoir trahi certaines valeurs éternelles en succombant à l’esprit temporel des partis. Mais si les valeurs « trahies » que défend Benda étaient en fait celles d’une certaine République ? Et si, suite à un changement de conjoncture politique, les dénonciations de Politzer-Nizan étaient devenues une défense de la République ? Il est peut-être temps de relire Benda, Politzer et Nizan à travers le prisme d’un moment transitionnel (et de reconnaître, avec Worms, que le « pamphlet » de Politzer est un grand livre philosophique), et d’y voir les premiers pas de la longue marche « vers le concret ».

Bergson et Bachelard

Entre Bergson et Bachelard, la discontinuité semble, a priori, radicale. Discontinuité générationnelle, d’une part : Bergson est né en 1859, Bachelard en 1884. Discontinuités philosophiques, d’autre part : la durée /l’instant, l’intuition, le vécu et les données immédiates de la conscience / le concept, le fleuve tranquille de la durée / la discontinuité d’une succession d’instants. Discontinuité que l’on retrouve dans l’histoire épistémologique : pour Bachelard, l’histoire des sciences ne reflète pas un progrès de la conscience, mais une série de ruptures. Pour l’auteur de La Dialectique et la duréeet de L’Activité rationaliste de la physique contemporaine,les notions bergsoniennes de « conscience intime » et d’« expérience vécue » sont autant d’obstacles épistémologiques. Le rapport Bergson-Bachelard est donc critique, l’ambition affichée de L’Intuition de l’instant étant d’« établir métaphysiquement, contre la thèse bergsonienne de la continuité, l’existence de [lacunes] dans la durée».

L’ambition du colloque est de mettre en doute et de problématiser l’évidence de cette discontinuité Bergson-Bachelard. Dans son « introduction », Marie Cariou s’interroge sur le sens du dilemme « continuité ou discontinuité » (qu’elle substitue, dans un geste qui est sans doute symptomatique, au « et » du titre du colloque) : s’agit-il d’un rapport d’exclusion invitant à choisir entre la continuité (Bergson) et la discontinuité (Bachelard), ou d’une dialectique incitant à retrouver un rapport de continuité ? Tel est le thème du colloque de Lyon, qui a réuni dix-neuf intervenant(e)s dont les contributions sont regroupées dans l’ouvrage sous les rubriques classiques de métaphysique, philosophie des sciences, théorie de la connaissance et esthétique. Certaines sont, sans doute, extraites de works in progress, tandis que la contribution de Worms (« La rupture de Bachelard avec Bergson ») est une reprise abrégée d’un chapitre de son livre (ou mieux, et en respectant la chronologie de l’édition sinon de la composition, un avant-goût de son livre).

Lire les actes d’un colloque n’est pas toujours facile. Retranscrits, mis en pages, les actes ne sauraient retrouver la convivialité du colloque, la chaleur des échanges verbaux qui sont souvent les moments les plus féconds du débat. Ils existent entre deux régimes discursifs. Dans le cadre d’un colloque, les intervenants se parlent entre eux en tant que spécialistes s’adressant à d’autres spécialistes ; les actes sont destinés, en principe, à un public plus large. Ainsi, les communications sur la philosophie des sciences (d’Anastasios Brenner, de Frédéric Fruteau de Laclos et de Daniel Parrochia) traitent d’Einstein, de la relativité, de Meyerson, et supposent des compétences mathématico-scientifiques qui ne sont pas forcément celles d’un lecteur lambda. De la même manière, peu de lecteurs seront capables de suivre Parrochia quand il pratique une diagrammologie mathématique digne d’un Gilles Châtelet.

Il serait fastidieux d’essayer de recenser le contenu de toutes les contributions (et le résultat serait sans doute illisible), ne serait-ce que parce que la variété des thèmes proposés (de l’histoire de l’électricité lue par les deux philosophes à la discontinuité temporelle en musicologie, en passant par Proust) se prête mal à un tel exercice. Et pourtant, les actes du colloque ont bien leur unité. Le consensus qui en émerge est que, bien que réelle, l’opposition Bergson-Bachelard masque l’existence de ce qu’on pourrait appeler une continuité dans la discontinuité. Ainsi, pour Jean-Jacques Wunenburger, comparer les deux philosophes, c’est moins comparer des réponses explicites à des questions fondamentales que des modes de traitement et des styles de développement des positions. Et Wunenburger de déceler chez les frères ennemis que sont Bergson et Bachelard un « couple conceptuel de force et de résistance », un couplage « structurel et fonctionnel, entre un élan, un dynamisme » et «une résistance, un arrêt». Une confrontation Bergson-Bachelard doit, écrit élie During, être autre chose qu’un « vain exercice herméneutique » et doit approfondir notre compréhension de chacun des deux « dans sa relation tendue à l’autre. » Bachelard, on le sait, « rompt » avec Bergson, notamment dans L’Intuition de l’instant (1932) et Dialectique de la durée (1936). Il s’agit, essentiellement, d’un différend au sujet de la nature du temps. Bachelard renonce à une image du temps continu et plein (le fleuve tranquille de la durée) en faveur de celle d’un temps discontinu, entouré de néant et conduisant à la mort, tandis que, pour Bergson, l’instant n’est qu’une « fiction de l’intelligence». Pour Bachelard, s’appuyant sur l’apport d’Einstein, le temps ne saurait être une «donnée immédiate de la conscience » ; il est, au contraire, le produit actif de la connaissance. Mais, pour les deux auteurs, le temps est une expérience réelle, irréversible, qui est celle de notre être et des autres êtres, qu’il faut ressaisir par-delà tout ce qui nous la masque et nous en éloigne, et au-delà de laquelle il n’y a plus rien. On est, pour Worms, en présence de « deux métaphysiques singulières, dans leur opposition même au coeur du siècle ». « Décalage et rencontre», la relation Bergson-Bachelard, aussi tendue qu’elle soit, est aussi un point d’unité. Belle illustration de la thèse de Frédéric Worms : tout comme l’intensité de la rupture pouvait servir d’indice à des discontinuités réelles, de même, le retentissement des oeuvres singulières renvoie toujours, aussi, à des problèmes ou des enjeux communs, partagés entre plusieurs oeuvres et positions différentes, sans lesquelles il n’« y aurait pas de moments, à part entière, de la pensée philosophique. » 






David Macey
David Macey, biographe américain et traducteur, est l’auteur de Michel Foucault (Critical Lives) ; Frantz Fanon ; Lives of Michel Foucault ; Lacan in Context.
Pour citer cet article : David Macey, « Le « moment » Bergson-Bachelard », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 17/11/2009, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=407
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?


Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro