Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Face au détournement de l’histoire

à propos de Jack Goody, The Theft of History

par Philippe Minard

à propos de

Jack Goody

The Theft of History

Comment ne pas céder à l’européocentrisme ? Depuis une dizaine d’années, Jack Goody appelle les praticiens des sciences sociales à considérer l’évolution comparée de l’Orient et de l’Occident d’un œil nouveau. Comprendre le processus historique de la « mondialisation » suppose en effet d’échapper à toute téléologie rétrospective, posant implicitement la domination occidentale en point d’arrivée nécessaire : le défi pour les sciences sociales consiste à bâtir un savoir cohérent, capable de prendre en charge l’ensemble des sociétés à travers l’espace et le temps, en débarrassant leurs analyses et leurs instruments conceptuels de tout biais ethnocentrique.




Issu de l’école d’anthropologie britannique d’après-guerre, Jack Goody a travaillé sur les cultures ghanéennes, et sur la région du Gujurât, en Inde. Il est connu pour ses recherches sur le passage de l’oralité à l’écriture, et sur les différentes structures familiales à travers le monde. Il s’est fait une spécialité de la comparaison interculturelle, qui le conduit à dénoncer l’impensé ethnocentrique occidental.




Dans un livre précédent, The East in the West, paru en 1996, il remettait en cause les visions habituelles du « miracle européen » et de « l’exception occidentale », en comparant les formes de rationalité (notamment à travers les procédures de comptabilité), les structures de la parenté et les rapports entre organisation familiale et développement du capitalisme, à partir d’exemples européens, indiens, chinois et japonais. Dans The Theft of History, il systématise son approche et ne propose rien de moins qu’une relecture d’ensemble de l’histoire universelle depuis la préhistoire jusqu’au triomphe du capitalisme européen. Exercice ambitieux, certes, et périlleux : peu de savants se risquent aujourd’hui à pareil exercice de synthèse et d’interprétation générale. Mais, précisément, face à l’émiettement des savoirs, n’avons-nous pas un besoin crucial de telles propositions heuristiques, offrant des clés de lecture globale ? Le succès des grandes synthèses d’Eric Hobsbawm, ou plus récemment de Christopher A. Bayly, atteste de l’attente du public, à rebours des réticences manifestes des historiens français, qui boudent l’exercice. Il faut donc la témérité d’un anthropologue, il est vrai émérite, pour que le débat s’engage, au fil des chapitres, avec les interprétations de Moses Finley, Perry Anderson, Norbert Élias et Fernand Braudel.




Le titre du livre, The Theft of Theory [le détournement de l’histoire], en résume bien la thèse : l’Occident a « volé » l’histoire de l’Orient et du monde. D’une part, il s’est approprié les notions de démocratie, d’individu, de liberté, en déclarant qu’elles le caractérisaient en propre. Il s’est attribué « l’invention » des émotions : l’amour aurait été inventé par les troubadours du XIIe siècle, et la charité par l’Église chrétienne… D’autre part, l’Occident a imposé ses conceptions de l’espace et du temps (chrétiens, pour l’essentiel), et une périodisation de l’histoire qui lui est propre et ne devrait pas être universalisée à la légère. La séquence pluri-séculaire qui fait se succéder l’Antiquité, le féodalisme, puis le capitalisme ne vaut en effet que pour l’Occident. Selon Goody, elle procède d’un implicite téléologique : l’Histoire du monde est non seulement calquée sur une périodisation purement européenne, mais aussi orientée vers un aboutissement supposé nécessaire, qui est la domination du monde connu par l’Europe capitaliste du XIXe siècle. L’Histoire serait ainsi lue de façon rétrospective, à la recherche des origines du « miracle européen ».




Entendons-nous bien : Goody ne nie pas la particularité de l’Occident, berceau de la révolution industrielle, mais il s’oppose à l’interprétation classique de la tradition sociologique allemande, inspirée de Max Weber, qui pose l’exception occidentale comme une nécessité, et recherche quels sont les éléments qui devaient forcément conduire à la domination européenne sur le reste du monde. Au contraire, pour Goody, ce n’est pas là une question de droit, mais seulement un état de fait : il apparaît que l’Occident s’est trouvé dans cette position, de facto. Aussi faut-il éviter d’imaginer des causalités déterministes, appuyées sur des concepts figés ou abstraits, supposés travailler l’ensemble du devenir occidental, comme par exemple une « rationalité » spécifique. L’idée d’une supériorité occidentale, aboutissement d’une nécessité imaginée, rétro-projetée sur les siècles antérieurs, n’est au vrai qu’un alibi pour traiter de façon condescendante le « reste » du monde, vu comme immobile et incapable d’évoluer, au prétexte qu’il n’a pas connu les mêmes étapes dans son développement historique. Pour Goody, il n’y a pas de causes structurelles nécessaires, mais seulement un parcours contingent, la genèse historique d’une domination dont on doit analyser les conditions en dehors de toute causalité mécanique.




Au lieu de chercher dans une origine lointaine les indices supposés de la domination occidentale, Goody en souligne le caractère tardif : la raison grecque ne contient aucun principe de supériorité qui commanderait à l’avance l’affirmation de l’Europe. La différenciation majeure ne daterait que des XVI-XVIIIe siècles, avec les dynamiques de la Renaissance et de la révolution industrielle.

Tout l’effort de l’auteur consiste donc à montrer l’unité profonde et durable d’un ensemble anthropologique commun à l’Europe et à l’Asie, qu’il appelle l’Eurasie. Selon les anthropologues préhistoriens, les mutations de l’âge de bronze (ce qu’on a appelé la « révolution urbaine ») ont essaimé depuis le foyer du Proche-Orient ancien vers l’est, en direction de l’Inde et de la Chine, vers l’Égypte au sud, et vers le monde égéen à l’ouest. D’où une certaine unité. C’est seulement plusieurs siècles après que l’Europe et l’Asie ont vraiment divergé : Goody réduit ainsi l’originalité de la Grèce archaïque, à la manière de Martin Bernal dans Black Athena. Pour lui, la notion d’« Antiquité classique » procède d’une illusion rétrospective inventée par la Renaissance et l’humanisme, qui a ensuite servi à nier l’unité profonde du berceau eurasiatique. L’accent mis sur la singularité grecque ressortit à un alibi téléologique. En célébrant la Grèce, on ignore l’héritage phénicien : on votait pourtant à Tyr, on y écrivait aussi, mais la colonie phénicienne de Carthage et ses bibliothèques ont été détruites et oubliées. Contre Moses Finley, J. Goody clame haut et fort que les Grecs n’ont inventé ni la démocratie ni l’art. Ils n’ont pas non plus inventé l’écriture alphabétique mais seulement ajouté des voyelles à l’alphabet phénicien. Mais, nourris des sources écrites grecques bien plus abondantes, les historiens ont repris à leur compte la haute idée de sa différence qu’exaltait la civilisation grecque : « leurs valeurs sont devenues nos jugements », conclut Goody (p. 291). Alors que bien d’autres sociétés ont employé des procédures électorales, nous continuons d’attribuer aux seuls Grecs l’invention de la démocratie. De même, nous célébrons la renaissance urbaine dans l’Italie médiévale, ou encore la floraison universitaire du bas Moyen Âge occidental, en négligeant la vigueur maintenue des villes arabes et des institutions savantes musulmanes, qui ont pourtant tant contribué ensuite à la restauration culturelle de l’occident lors de la Renaissance. Pourquoi pareille occultation ? Parce que prévaut depuis Weber et Marx l’idée d’une hétérogénéité radicale de l’Est et de l’Ouest, d’un exceptionnalisme asiatique .




Telle est bien, au fond, la cible principale du livre : l’idée d’une « exception asiatique », qui reposerait sur l’alliance de l’agriculture hydraulique et du gouvernement despotique, le fameux « mode de production asiatique » de Marx, en somme. Le « despotisme oriental » aurait figé les sociétés asiatiques dans une immobilité séculaire, quand l’Occident aurait connu une succession heurtée d’étapes (Antiquité-féodalisme-capitalisme) conduisant à sa domination triomphante au XIXe siècle. Goody a beau jeu de souligner que la plus grande continuité de la civilisation urbaine en Asie ne signifie nullement l’immobilité.




L’argumentaire est donc double. D’une part, Goody entend montrer que l’Orient et l’Occident ont longtemps suivi deux trajectoires grossièrement parallèles, même si les modalités et le tempo ont varié, avec des processus d’évolution similaires et des échanges continus. D’où son insistance sur la notion d’Eurasie, comme unité civilisationnelle. La divergence est venue bien plus tard, entre les XVIe et XVIIIe siècles de l’ère chrétienne, avec la Renaissance (au plan culturel) et la révolution industrielle (au plan économique), permettant l’affirmation progressive d’une domination occidentale sur des parties de plus en plus reculées du monde. D’autre part, Goody dénonce l’ethnocentrisme implicite de bien des savants, qui posent l’Occident en référent universel ou figent l’Orient dans une immobilité imaginaire, précisément parce qu’ils ont intériorisé l’idée d’une domination nécessaire, d’un véritable destin de l’Occident. Faut-il voir là une nouvelle manifestation d’un relativisme sans rivages qui gangrènerait le monde savant anglo-américain, comme on est parfois prompt à le dire en France ? On aurait tort de se contenter d’une explication aussi simple. Le souci affiché par Goody n’est ni vain ni inactuel, car l’ethnocentrisme n’est pas mort, qui atteint les meilleurs esprits : on a vu récemment l’éminent historien de l’économie David Landes soutenir que la domination occidentale était tout simplement la manifestation d’une éclatante supériorité culturelle, sans donner plus d’arguments que celui de l’efficacité du régime de propriété libéral...




Au vrai, Jack Goody poursuit en fait une manière de conversation posthume avec Max Weber, recherchant les origines du capitalisme ailleurs que dans la fameuse « éthique protestante ». À l’opposé de Weber, Goody récuse l’opposition binaire Orient-Occident, à laquelle il veut substituer un spectre de variabilité, montrant que jusqu’à un certain point, la différence est plus de degré que de nature. Cela suppose de mettre en cause certaines notions qui sont au cœur des interprétations traditionnelles de la civilisation occidentale, comme par exemple l’individualisme, qui fonctionne souvent plus comme un présupposé hérité de la philosophie et de l’économie politique du XIXe siècle que comme un concept strictement défini : sans doute le rapport entre l’individu et les normes sociales en usage dans le groupe n’est-il pas le même en Europe et en Chine, mais au-delà ? Peut-être le mythe de l’individualisme occidental joue-t-il un rôle trop important dans l’inconscient académique au sujet de la genèse de l’Occident, comme l’ont souligné Étienne Anheim et Benoît Grévin ? En rappelant que la domination occidentale est une question de fait et non de droit, qu’elle est au bout du compte assez récente et peut-être réversible, et qu’elle a suscité des représentations qui expriment davantage l’idéologie occidentale que ses conditions sociales concrètes, Goody prescrit à l’Occident une « cure d’amaigrissement métaphysique » tout à fait bienvenue.




Reste que si l’on peut souscrire à l’objectif affiché, on peut aussi se demander jusqu’à quel point l’auteur s’est donné les moyens de l’atteindre. Les contours de ce qu’il appelle « l’Orient » et « l’Occident » demeurent assez flous ; en outre, faut-il mettre l’Inde, la Chine et le Japon sur le même plan ? En deuxième lieu, on peut s’interroger sur le découpage binaire que réintroduit Goody sur une base culturelle analogue à celle qu’il dénonce chez Weber : l’opposition, fondatrice dans l’oeuvre de Goody, entre écriture et oralité, le conduit à différencier les sociétés à écriture de l’Eurasie et les sociétés sans écriture des autres continents. Autrement dit, on n’aurait fait que déplacer les lignes de partage, en opposant l’Orient et l’Occident réunis, à l’Afrique principalement, sans lever l’hypothèque d’un culturalisme qui se dispense de décrire précisément les pratiques sociales en jeu. En effet, et c’est le troisième problème qui se pose, il semble que Goody ne rompe pas totalement avec l’idéalisme wébérien, quoi qu’il en ait. L’invocation de tel ou tel trait culturel demeure toujours abstraite, sans référence à des usages précis. L’anthropologie de Goody néglige, au fond, l’ancrage institutionnel et social des faits de culture qu’elle décrit. Enfin, la discussion de certains auteurs laisse sceptique. Tout à sa volonté de traquer le moindre indice d’européocentrisme, Goody procède à une lecture parfois tendancieuse. Il se laisse parfois prendre en flagrant délit d’exagération, voire de mauvaise foi, notamment à propos de Fernand Braudel et de sa somme sur Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle. Le chapitre consacré à Norbert Elias et à son concept de « procès de civilisation » rouvre un débat ancien : on sait que N. Elias décrit à la Renaissance l’essor d’une « civilisation des moeurs » qui prend la forme d’une autocontrainte grandissante et d’une intériorisation du contrôle des pulsions et des affects, sous l’effet des transformations entraînées par le renforcement de l’État et la curialisation des élites. Mais l’accusation d’ethnocentrisme découle d’une confusion quant au terme de « civilisation » : Elias l’emploie de façon descriptive et non normative ; il ne pose nullement l’Occident en société supérieure ou plus avancée dans l’absolu. Selon Elias, le phénomène de civilisation des moeurs touche toutes les sociétés, à des stades divers de leur évolution propre, interrogeant leur rapport à l’État et les modalités du monopole de la violence par ce dernier.




Ces quelques remarques ne doivent pas masquer l’essentiel. Ce livre nous rappelle utilement que les sciences sociales n’en ont pas fini avec l’analyse comparée de l’Orient et de l’Occident, et la compréhension de leurs trajectoires historiques. Sans doute peut-on aborder ces enjeux en rompant plus nettement que ne le fait Goody avec l’idéalisme wébérien. La contribution récente d’un économiste et démographe, Kenneth Pomeranz, a suscité bien des débats dans le monde… sauf en France, où La grande divergence, pour reprendre le titre du livre, n’est toujours pas traduit, et pas encore assez discuté : il soutient que la Chine se situait à la fin du XVIIIe siècle à un niveau de développement proche de celui de l’Europe du nord-ouest et aurait très bien pu connaître la révolution industrielle : la divergence serait venue, côté chinois, du manque d’énergie fossile immédiatement disponible, et côté anglais, de la manne des ressources agricoles en provenance d’Amérique, échangées contre des produits manufacturés. Goody, du reste, fait souvent référence à cette thèse, qui conforte la sienne.




Il faut souhaiter que ces questions trouvent un écho en France, au moment où un mouvement s’amorce, qui entend rompre avec le franco-centrisme trop souvent dominant dans les départements d’histoire des universités. Ce livre de Jack Goody est une invitation faite à s’avancer vers le grand large, à décentrer notre regard, comme le dit Serge Gruzinski, qui appelle à considérer à part égale et dans leurs interdépendances multiples, les Quatre parties du monde. Il n’est que trop temps de relire Braudel, et de nous ouvrir à l’histoire globale, pour penser l’histoire à l’échelle du monde.





Philippe Minard
Philippe Minard est professeur d’histoire économique et sociale à l’université Paris 8 et directeur d’études à l’EHESS. Responsable de l’équipe « Institutions et dynamiques historiques de l’économie » (CNRS-UMR 8533), il est aussi l’un des animateurs de la Revue d’histoire moderne et contemporaine. Il vient d’éditer Kenneth Pomeranz, La Force de l’empire. Révolution industrielle et écologie, ou pourquoi l’Angleterre a fait mieux que la Chine (Alforville, è®e, 2009)
Autre(s) article(s) du même auteur paru(s) dans la RiLi
Jack Goody, The Theft of History
« À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations
Pour citer cet article : Philippe Minard, « Face au détournement de l’histoire », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 06/05/2010, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=34
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 1, septembre-octobre 2007

Numéro 1

septembre-octobre 2007


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


David Laitin - Creusets Caucasiens

à propos de
Georgi Derluguian, Bourdieu’s Secret Admirer in the Caucasus


Stuart Hall - entretien avec Stuart Hall (1re partie)

Emilie Bickerton - Emilie Bickerton

Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Mathieu Potte-Bonneville - Ombres d’utopie

à propos de
Orson Scott Card, La Saga des ombres et Le Cycle d’Ender


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Sandrine Lefranc - Le partage de la méfiance

à propos de
Jean Hatzfeld, La Stratégie des antilopes
Scott Strauss et Robert Lyons, Intimate Enemy


Jim Endersby - Le mythe du darwinisme

à propos de
Charles Darwin’s, Origin of Species et The Correspondance of Charles Darwin, vol. xiv et xv


Perry Anderson - La London Review of Books : un portrait

Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History




Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro