Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de : Jérôme Vidal, «Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA», RiLi n°9

par Daniel Bensaïd

à propos de

Jérôme Vidal

« Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9

Daniel Bensaïd répond aux questions que lui a adressées Jérôme Vidal à l’occasion de la création du NPA.



Cher Jérôme,



Je te remercie de tes remarques amicales visant « à contribuer modestement à lancer le mouvement avec [nous] ». Nous – un « nous » collectif et non un nous de majesté – avons besoin de ce genre d’interpellation. Elles nous contraignent à mieux penser ce que nous faisons et à mieux cerner les questions à creuser.



Nous sommes embarqués dans une crise systémique de l’accumulation du capital, « irréductible aux excès et abus d’un libéralisme débridé ». C’est une crise historique de la loi de la valeur, de la malmesure du monde et de la démesure qui en résultent. Un changement radical des critères et de la notion même de progrès en devient plus nécessaire et urgent que jamais. Il passe inévitablement par une rupture envers les normes sociales et juridiques en vigueur. Nous persistons à nommer ce changement révolution, sans préjuger des formes que celle-ci pourrait revêtir au XXIe siècle. Il en découle, comme tu l’écris, un engagement à agir pour rendre « insupportable l’insupportable » et possible le nécessaire, un engagement profane, en forme de pari raisonné, sans garantie de réussite, divine, scientifique ou historique.



Mais venons-en à l’essentiel : tes réserves, tes objections, tes critiques, qui sont autant d’invitations au dialogue.



Effet de totalisation et articulation des luttes



1) Tu reconnais l’importance d’un « effet de totalisation» pour conceptualiser la révolution. À rebours de l’émiettement des rhétoriques postmodernes, tout effort de pensée dialectique implique en effet cette catégorie de totalité. Contre les dangers de clôture dogmatique qu’elle peut engendrer, Sartre mettait l’accent sur le caractère processuel d’une totalisation ouverte. Et Henri Lefebvre opposait fermement à un « énoncé ontologique », un « énoncé stratégique et programmatique» de la totalisation. Cette approche n’invalide en rien la fécondité de l’expérimentation et du tâtonnement pratiques. Elle n’interdit pas de penser « la façon concrète dont fonctionne le système» et « dont ses parties subsistent en lui ». Elle contredit en revanche au minimalisme de la « pensée faible » et au repli sur les niches de survie ou les utopies parcellaires tolérées dans les interstices du système dominant, qui sont au fond l’envers d’un renoncement politique.



Mais l’unification, dis-tu, « a un reste », et « on ne peut pas déduire du capitalisme le sexisme, le racisme, etc., qui subsistent pour une bonne part indépendamment de lui ». Les déduire, certes pas. La domination masculine ne date pas de l’avènement du capitalisme, et elle peut lui survivre. C’est ce qui justifie la nécessité d’un mouvement autonome de femmes au-delà d’un éventuel anéantissement des rapports d’exploitation capitaliste. Bien d’autres formes de domination et de discrimination ont leur temporalité propre et pourraient subsister – « pour une bonne part», dis-tu, mais laquelle ? – au-delà du capitalisme. Mais, ici et maintenant, elles sont cependant modelées, conditionnées, « surdéterminées », par la logique systémique du capital, de sorte qu’on ne saurait les combattre de manière conséquente sans inscrire les résistances spécifiques et leurs formes d’organisation autonome dans un projet stratégique commun.



Le capital noue ensemble des temps et des espaces discordants – économiques, sociaux, écologiques, juridiques, symboliques. Le temps long de l’écologie ou du droit ne peut se soumettre au temps court et aux arbitrages instantanés du marché. Les moeurs n’évoluent pas au rythme de la loi : on peut légiférer sur le statut de la propriété, mais non sur l’extinction du complexe d’OEdipe ou d’Électre. Cette discordance des temps et des espaces fonde durablement la nécessaire pluralité des mouvements sociaux. La question de « la distinction et de l’articulation réelles des formes d’oppression et de domination » n’est donc pas aussi mineure que tu sembles le penser quand tu écris que « ce n’est pas véritablement le problème, pas plus d’ailleurs que la considération abstraite de leur possible articulation politique». Elle a au contraire quelque chose à voir avec la question cruciale de l’hégémonie, de la formation d’un nouveau bloc historique capable de défier le système et, en dernière instance, de la « forme parti ». Car la raison d’être d’un parti est notamment, non d’homogénéiser la diversité des résistances ou de les subordonner à une contradiction décrétée principale, mais de les articuler dans un mouvement antisystémique.



Partis politiques et mouvements sociaux



2) En venant à ce que tu appelles les « points massifs » de discussion, tu m’interpelles ensuite sur la notion « d’illusion sociale » développée dans Éloge de la politique profane. Tu crains qu’elle puisse signifier que « les mouvements sociaux ne sont pas des mouvements politiques», et qu’elle présuppose une définition restrictive de la politique. Non, je n’ai pas de la politique et du social une conception classificatoire qui aboutirait à une stricte division du travail et des rôles. À leur manière, les « mouvements sociaux » ont toujours produit de la politique, une politique de l’opprimé, irréductible à ce qui se passe dans la sphère étatique ou sous condition de l’État. Les mouvements des femmes ou des sans-papiers produisent de la politique quand ils obligent à reconsidérer la notion de citoyenneté ou la distinction entre le national et l’étranger. Les mouvements de chômeurs produisent de la politique quand ils obligent à repenser les notions de travail, d’emploi, de dépérissement du salariat, etc. Mais la force d’un mouvement social tient la plupart du temps à sa singularité, au fait d’intervenir pour modifier le rapport de forces sur une question spécifique. Ainsi, le mouvement des Sans-Terre au Brésil pouvait parfaitement maintenir une position radicale sur la question agraire sans avoir à se prononcer sur la réforme des retraites qui concernait en revanche directement le mouvement syndical.



Ma critique de « l’illusion sociale » ne caractérise donc pas les mouvements, mais un moment (que je qualifie sans intention péjorative d’utopique) et le discours idéologique tenu à leur propos, qu’ils subissent autant qu’ils le nourrissent. Elle vise l’autosuffisance supposée des mouvements sociaux et le rejet corollaire de l’engagement politique ; ou encore, l’opposition simpliste entre un mouvement social fétichisé, qui serait sain et propre par nature, et des partis politiques sales, corrompus et corrupteurs, par nature. Dans un contexte de rapports de forces dégradés, ce discours théorise une impuissance à disputer l’espace politique aux forces dominantes qui l’occupent. Plutôt qu’une différence de nature, il y a, entre mouvements sociaux et partis politiques, une différence d’approche et de fonction. Les premiers sont spécifiques, les seconds généralistes. Les premiers s’adaptent aux intermittences et aux discontinuités de l’action, les seconds travaillent dans la durée. Les premiers peuvent agir ici et maintenant sans se préoccuper de cohérence stratégique, les seconds doivent mesurer à chaque pas ce qui les éloigne ou les rapproche du but poursuivi. Leur distinction, loin d’induire un rapport hiérarchique, peut être un facteur de complémentarité, de respect mutuel, et de clarté, alors que la démagogie contre les partis est souvent propice aux dissimulations et aux manipulations.



Des rapports de forces désastreux



3) Tu admets les ambiguïtés d’un antilibéralisme fourre-tout, mais tu sembles redouter que notre anticapitalisme soit l’alibi d’un retour au statu quo ante, « la défense de ce qui reste du compromis social des Trente Glorieuses et même, plus concrètement, de défense de l’emploi ». Le fait est que la résistance antilibérale est, depuis les premiers Forum sociaux, un vaste titre. Elle rassemble à Porto Alegre ou à Belem, des personnalités comme Lula, élève modèle du FMI, et d’autres comme Morales ou Chavez qui tentent de s’émanciper de la tutelle économique et monétaire impériale. Elle rassemble, dans les Forum européens, des opposants et des partisans des traités de Maastricht ou de Lisbonne, des syndicats modérés de la CES et des syndicats radicaux comme les Sud ou les Cobas, etc. L’antilibéralisme est donc le titre d’un sursaut, un moment nécessaire du négatif (« le monde n’est pas une marchandise ! ») face aux dégâts des contre-réformes libérales. La brutalité de la crise actuelle révèle des stratégies politiques différentes, voire opposées, existant dans ce vaste creuset.



Revendiquer un anticapitalisme intransigeant ne règle pas tout, loin s’en faut. Mais c’est signifier que la crise actuelle n’est pas le résultat d’excès ou d’abus d’une finance débridée, mais bien une nécessité liée à l’irrationalité intrinsèque du système. En appelant à la mobilisation générale pour refonder et moraliser le capitalisme, et en stigmatisant l’anticapitalisme, Nicolas Sarkozy confirme à sa manière la pertinence de cette ligne de front. Mais nous ne croyons pas plus que toi qu’il soit « encore possible et souhaitable de limiter notre horizon à celui de la société salariale des Trente Glorieuses », ni que « les conditions historiques qui ont rendu possible le compromis social de l’après-guerre» puissent être à nouveau réunies à l’identique. C’est bien l’une des caractéristiques de la crise actuelle que de n’être pas un simple remake de la fameuse grande crise de 1929, mais d’être aussi une crise des solutions imaginées naguère – New Deal, keynésianisme – pour la conjurer. Pour les mettre en oeuvre, il faudrait recréer les cadres institutionnels démantelés par trente ans de contre-réforme libérale et changer de politique à 180 degrés. De bonnes intentions réformatrices n’y suffiraient pas. Il faudrait briser par la lutte et la mobilisation la résistance acharnée des privilégiés et des possédants. Et si, chose improbable, on y parvenait, on serait seulement revenu à la case départ : à une situation où les rapports de forces entre les classes, le quasi plein emploi et le compromis salarial, éroderaient les profits et pousseraient les dominants à un nouveau tournant libéral. Convaincus que la crise actuelle n’est pas une crise d’ajustement ordinaire, nous sommes aussi convaincus qu’une purge ordinaire ne suffira pas à la surmonter. Son issue ne saurait se résumer à une nouvelle révolution technologique – révolution numérique + capitalisme vert. Si la crise est le produit d’une logique immanente à l’accumulation du capital, il n’existe pas de logique immanente de la relance. Le New Deal n’a pas suffi à surmonter la crise de 1929. Il a, hélas, fallu une guerre, et laquelle, pour rebattre les cartes, redessiner les territoires, redéfinir les rapports géostratégiques, et réunir pour une trentaine d’années les conditions exceptionnelles d’une croissance durable.



Est-ce que pour autant la défense de l’emploi est une cause dérisoire, ou pire, le signe d’un réflexe conservateur, de repli sur un passé révolu ? Il faudrait faire preuve d’une belle indifférence doctrinaire pour, à l’heure où des millions de travailleurs sont jetés à la rue, où des millions de travailleurs pauvres sont sans toit, où les Restaus du coeur battent tous les records de repas servis, dédaigner cette bataille pour le droit à l’emploi (et non pas au travail !) qui est synonyme, dans nos sociétés impitoyables, du droit à l’existence.



Au droit à l’emploi, on peut ajouter, dans le même esprit, au nom de ce que Hegel appelait « le droit de détresse », ou Edouard Thompson, « l’économie morale », au nom de la solidarité sociale entre égaux qui s’oppose radicalement à la charité privée ou publique, le droit à un revenu social garanti. Mais la question du revenu universel garanti est à double tranchant. Il en existe une version libérale, minimaliste, et les bonnes intentions de Jean-Marc Ferry ou Philippe van Parijs eux-mêmes ne sont pas dénuées de fâcheuses ambiguïtés. Ce revenu universel garanti peut, dans sa version libérale, devenir une machine de guerre contre le salaire minimum (le tirer à la baisse) et un simple moyen de répartition de la misère1. Dans sa version basse, il sanctionne le renoncement à la lutte pour l’emploi en même temps qu’il prépare une reculade sur l’exigence salariale. Dans sa version haute – un revenu garanti égal au Smic – il impliquerait, dans une société où nous serions tous devenus des intermittents du travail, une socialisation généralisée du revenu, alors que nous en sommes malheureusement à défendre pied à pied ce qu’il reste de socialisation partielle dans le système de protection sociale en vigueur.



Nous touchons là au cœur du problème, et peut-être du différend entre nous à ce propos. La politique a besoin de principes, certes, et de vision stratégique – le dépérissement du salariat, la fin du travail forcé et exploité. Mais ces principes s’inscrivent à chaque pas dans des rapports de forces. Un mot d’ordre ambitieux, manié dans un rapport de forces désastreux, peut se retourner comme un gant contre ses promoteurs. Même s’il est désagréable de l’admettre, le siècle des extrêmes s’est soldé par une défaite historique des politiques d’émancipation. Pas seulement d’une défaite idéologique – le discrédit du communisme par ses contrefaçons bureaucratiques – mais par une défaite sociale très concrète. La mondialisation capitaliste réellement existante, c’est le doublement en moins de vingt ans et la mise en concurrence de la main d’oeuvre disponible sur le marché mondialisé du travail. C’est une détérioration majeure du rapport de forces entre les classes qui va peser lourdement, jusqu’à ce que – ce qui ne manquera pas d’arriver – les travailleurs de Chine, de Russie, d’Europe de l’Est, d’Inde, réorganisent leurs forces et fassent valoir leurs droits.



Dans cette situation concrète, la défense des services publics, du droit à l’emploi, du salaire minimum, ne relève pas d’un fétichisme idéologique du travail ou du salariat, mais de la légitime défense de positions dont l’abandon affaiblirait encore davantage les opprimés.



S’il est vrai que nous commençons à peine à renaître d’une lourde défaite historique, que nous ne sommes qu’au tout début d’un séisme dont le paysage politique sortira bouleversé, nous avons, pour remettre la question de la propriété au centre du débat, à surmonter le discrédit des nationalisations de Mitterrand, le discrédit de la propriété étatique bureaucratiquement administrée, à mettre en oeuvre une pédagogie du service public, des biens communs de l’humanité, de l’appropriation sociale et de l’autogestion. Mais tout cela serait vain si nous sommes incapables de défendre les droits les plus élémentaires des travailleurs et si nous laissons se détériorer encore davantage les rapports de forces.



Ton inquiétude, au-delà de cette supposée nostalgie stérile d’une époque révolue, porte sur notre possible adhésion au culte protestant du travail et aux servitudes de la société salariale. Tu en appelles à une « réouverture du problème de la libération du travail». Nous faisons totalement nôtre la critique de la religion du travail exposée dans la onzième thèse sur le concept d’histoire de Walter Benjamin. Le droit à l’emploi, c’est tout autre chose que la religion du travail qui prolonge, dans le sermon capitaliste, la vieille malédiction biblique de devoir « gagner son pain à la sueur de son front ». Le droit à la continuité du revenu et le droit à l’emploi sont indissociables. Avec la lutte pour la baisse et le partage du temps de travail, pour une autre répartition des richesses, pour le contrôle des travailleurs sur l’embauche, pour une socialisation accrue du salaire, pour l’extension des biens communs et de la gratuité des services, ils font partie d’une lutte d’ensemble contre l’intensification de l’exploitation.



L’objet de ton interpellation se résume, in fine, par la crainte déclarée que le NPA se transforme rapidement en NPS (Nouveau Parti socialiste) social-démocrate, et se contente de reprendre à son compte l’idéologie du travail et du progrès, abandonnée par les socialistes au fil de leur long strip-tease programmatique. Ta crainte peut être entendue, bien qu’elle semble contradictoire avec ta certitude que les temps des compromis fordistes ou keynésiens sont définitivement révolus. Même si nous en avions la tentation, ce retour aux sources nous serait interdit. Nous sommes condamnés à « inventer l’inconnu ».



Mais l’histoire a plus d’un tour dans son sac à malices, et on ne sait jamais lequel elle peut nous réserver. Aussi longtemps que durera la servitude involontaire de l’exploitation, la fascination pour les fétiches et les spectacles de la marchandise, la division sociale mutilante du travail, les chemins escarpés de l’émancipation seront étroits et incertains, entre le double écueil de la pureté marginalisante et les mains sales du faux réalisme politique. La meilleure – la seule ? – garantie contre ces périls, ce serait que tous ceux et toutes celles qui en ont conscience et s’en inquiètent ne se contentent pas de prodiguer leurs conseils et s’engagent pour exercer avec nous leur vigilance au coeur de la mêlée.





Daniel Bensaïd
Daniel Bensaïd est philosophe et professeur à l'université de Paris-VIII. Il est notamment l’auteur de Penser Agir, de Les Dépossédés ; et de Éloge de la politique profane.
Autre(s) article(s) du même auteur paru(s) dans la RiLi
Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day
Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude
Pour citer cet article : Daniel Bensaïd , « Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 17/03/2009, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=332
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 10, mars-avril 2009

Numéro 10

mars-avril 2009


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Amira Hass - Retour à Gaza : une prison à ciel ouvert

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


oeil en terre 2

Ariane Bart - crise économique

Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Stéphane Chaudier - Plus belle la vie : bienvenue en enfer

à propos de
Plus belle la vie


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Nicolas Weill - De l’« autre » au « frère ». La figure de Jésus dans la littérature hébraïque contemporaine

à propos de
Neta Stahl, Tzelem yéhoudi. Yétsougav Yéshou ba-sifrout ha-’ivrit chèl ha-méa ha-èsrime [Image juive : représentations de Jésus dans la littérature hébraïque du XXe siècle]


Mathieu Dosse - Traduction : une enquête sociologique

à propos de
Gisèle Sapiro, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation


Iconographie (légende)

Jérôme Vidal - Réaction de Nous sommes la gauche (et une réponse de Jérôme Vidal)



Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro