Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme

par Maurizio Lazzarato

à propos de

Luc Boltanski et Ève Chiapello

Le Nouvel Esprit du capitalisme

Ce texte inaugure la série «Penser le contemporain», une série de comptes rendus de livres, rédigés par différents contributeurs, qui ont marqué un tournant de la critique politique et sociale et qui constituent des outils privilégiés pour reformuler un projet politique de gauche viable. Maurizio Lazzarato examine ici l’opposition développée par Ève Chiapello et Luc Boltanski dans Le Nouvel Esprit du capitalisme entre « critique sociale » / «critique artiste».
Il montre que non seulement elle ignore la réalité sociologique complexe du précariat, mais surtout qu’elle empêche la gauche d’articuler les luttes pour les droits, les luttes sur le terrain de la représentation politique ainsi que les luttes économiques aux luttes pour se gouverner soi-même. Nous rendre cette synthèse intelligible, alors qu’elle est déjà opérée (et opérante) à l’intérieur même de la Coordination des intermittents et précaires, serait la condition requise pour sortir la gauche de son impuissance face aux logiques néolibérales.


Les malheurs de la critique
de la « critique artiste »


Les politiques libérales ne creusent pas seulement les inégalités entre des couches sociales. Elles les creusent également à l’intérieur de chaque strate sociale. Le cas des intermittents du spectacle est un exemple très éclairant de la segmentation, de l’éclatement et du déclassement que les politiques néolibérales ont fait subir aux « introuvables classes moyennes ». Le capitalisme contemporain introduit une polarisation et un fractionnement à l’intérieur des classes moyennes, entraînant de nouveaux comportements et de nouveaux assujettissements en ce qui concerne l’emploi, le chômage et le travail.

Le Nouvel Esprit du capitalisme1de Luc Boltanski et Ève Chiapello se presse de subsumer ces mutations subjectives sous la catégorie de « critique artiste ». Plus généralement, dans les écrits des sociologues et économistes qui s’occupent des transformations du capitalisme et plus spécifiquement des transformations du marché du travail artistique et culturel, il existe une tendance marquée à faire de l’activité artistique et de ses modalités d’exercice le modèle dont s’inspirerait l’économie néolibérale. Ce discours est ambigu et mérité d’être interrogé. Aussi bien la définition de ce qu’est la « critique artiste » que le rôle que les auteurs lui font jouer dans le capitalisme contemporain devraient susciter la perplexité à plusieurs titres. Car le mouvement des artistes et des techniciens du spectacle qui aurait dû incarner cette « critique artiste » est celui qui, en réalité, en a fait la critique la plus féroce et la plus articulée.

La thèse qui court tout au long du Nouvel Esprit du capitalisme est la suivante : la « critique artiste » (fondée sur la liberté, l’autonomie et l’authenticité qu’elle revendique) et la « critique sociale » (fondée sur la solidarité, la sécurité et l’égalité qu’elle revendique) « sont le plus souvent portées par des groupes distincts » et sont « incompatibles ». Le flambeau de la « critique artiste », transmis par les artistes aux étudiants de Mai 68, aurait été repris par la suite par les « créatifs » du « haut de la hiérarchie socioculturelle » qui travaillent dans les médias, la finance, la publicité, le show-business, la mode, Internet, etc. La « critique sociale », par contre, portée par les ouvriers de 68, aurait été transmise aux « petites gens », aux subordonnés, aux exclus du libéralisme. Critique artiste et critique sociale seraient « largement incompatibles ».

La « critique artiste » suscite un malaise chez les auteurs, voire un certain mépris, qu’ils ont du mal à dissimuler. De leur point de vue, cela se comprend aisément, puisque la « critique artiste, encore une fois, n’est pas spontanément égalitaire ; elle court même toujours le risque d’être réinterprétée dans un sens aristocratique » et, « non tempérée par les considérations d’égalité et de solidarité de la critique sociale, [elle] peut très rapidement faire le jeu d’un libéralisme particulièrement destructeur comme nous l’ont montré les dernières années2 ».

D’ailleurs, la critique artiste ne serait « pas, en soi, nécessaire à la mise en cause efficace du capitalisme comme le montrent les succès antérieurs du mouvement ouvrier qui ont tous été obtenus sans les renforts de la critique artiste. Mai 68 était, de ce point de vue, exceptionnel ». Non seulement la critique artiste ne serait pas nécessaire, sinon pour « modérer le trop d’égalité de la critique sociale » qui risque de « faire fi à la liberté » (sic), mais elle serait en plus le cheval de Troie du libéralisme, à qui elle serait apparentée par le goût aristocratique de la liberté, de l’autonomie et de l’authenticité que les artistes auraient transmis d’abord aux « étudiants », avant de trouver son accomplissement chez les « bobos ».

À la lecture, on sent que le livre est parcouru par le ressentiment envers Mai 68 qui, depuis quelques années, traverse les élites intellectuelles françaises, de certains secteurs de l’extrême gauche à la droite conservatrice et réactionnaire, en passant par la nébuleuse « républicaniste », et dont font les frais Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari, qui, en tant que maîtres supposés de l’improbable « pensée 68 », auraient déposé des germes de libéralisme dans la tête des gens sans y prendre garde.

Luc Boltanski et Ève Chiapello nous rejouent ici l’opposition entre liberté et égalité, entre autonomie et sécurité, opposition d’une autre époque, sur laquelle se sont cassés les dents aussi bien le socialisme que le communisme historiques.

Les limites politiques du concept
de « critique artiste »


Les malheurs de la critique de la « critique artiste » conduite par Boltanski et Chiapello sont nombreux, mais le plus grand qui lui soit arrivé, est précisément le mouvement de résistance des « artistes » et des « techniciens » du spectacle et la naissance de la Coordination des intermittents et précaires, dont elle constitue l’expression la plus aboutie.

Les six mots de l’un des slogans du mouvement des intermittents (« Pas de culture sans droits sociaux ») suffisent à faire vaciller toute la construction théorique de Boltanski et Chiapello et à faire ressortir les limites de leur analyse du capitalisme contemporain. Traduit dans leur langage, le slogan « Pas de culture sans droits sociaux » devient en effet « Pas de liberté, d’autonomie, d’authenticité, sans solidarité, égalité, sécurité ». Ce que Boltanski et Chiapello considèrent comme potentiellement « aristo-libéral », comme incompatible avec la justice sociale, devient un terrain de lutte : le seul, peut-être, à partir duquel on puisse affronter et ruiner la logique néolibérale.

Le mouvement de 2003 bat en brèche la prétendue séparation entre, d’une part, les « créatifs » des nouvelles professions libérales, et, d’autre part, « les pauvres », les « petits », les « précaires » du nouveau marché du travail. La Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France adresse, jusque dans son nom, un démenti à la prétendue incompatibilité entre « critique artiste » et « critique sociale ». Les coordinations tiennent ensemble l’artiste et l’intérimaire, l’artiste et le précaire, l’artiste et le chômeur, l’artiste et le RMIste. Et il ne s’agit certainement pas là d’une vague solidarité politique.

Les artistes et les techniciens du spectacle ont fait eux-mêmes un constat que les sociologues ont visiblement du mal à produire par leurs propres moyens : les précaires, les nouveaux pauvres, les chômeurs, les RMIstes ne s’opposent pas aux artistes et aux techniciens, puisque la majorité des artistes et techniciens vivent ou vivront dans un état de précarité, passant souvent par le chômage, le RMI, les aides sociales.

Luc Boltanski et Ève Chiapello pleurent sur le triste sort des « petits » (sic), des «pauvres » et des « chômeurs », ce qui les conduit à sous-estimer, sinon nier, leurs capacités d’action et de lutte : « la mobilité des petits, étant le plus souvent une mobilité subie, n’est pas vraiment de nature à créer du réseau. Ils sont ballottés au gré de leurs fins de contrats et courent d’un employeur à l’autre pour ne pas disparaître définitivement de la toile. Ils circulent comme marchandises dans un réseau dont ils ne tricotent jamais la maille, et sont échangés par d’autres qui s’en servent en revanche pour entretenir leurs propres connexions. Comme nous l’expliquons lorsque nous évoquons la nature de l’exploitation en réseau, la mobilité du grand, source d’épanouissement et de profit, est exactement à l’opposé de celle du petit qui n’est qu’appauvrissement et précarité. Ou, pour reprendre l’une de nos formules, la mobilité de l’exploiteur a pour contrepartie la flexibilité de l’exploité3. »

Et pourtant… et pourtant les petits, les pauvres et les précaires ne font pas que se plaindre, mais inventent de nouvelles armes, celles qui sont nécessaires pour combattre le capitalisme flexible et actionnarial sur son propre terrain, celui de la mobilité, de la discontinuité, en essayant de renverser la déconnexion des revenus et de l’emploi que les nouveaux patrons voudraient garantir aux seuls propriétaires de capitaux.

Même dans l’asymétrie de pouvoir, bien réelle, qui caractérise les relations sociales dans le capitalisme, la « mobilité » est loin d’être seulement « subie », et la capacité de construire des réseaux est loin d’être une prérogative exclusive des « grands ». La lutte des intermittents a été possible puisqu’elle s’est appuyée sur une formidable densité et différentiation des réseaux qui a constitué le vrai soutient logistique de la lutte. La même chose pourrait être dite du mouvement des chômeurs que Pierre Bourdieu avait qualifié de « miracle ».

La résistance la plus forte, la plus acharnée et la plus lucide au projet libéral du patronat français (la « refondation sociale ») est venue des artistes et des techniciens du spectacle les plus « pauvres », les plus « précaires », ceux qui se trouvent au plus bas de l’échelle des revenus. Ce sont les coordinations des intermittents et des précaires qui ont élaboré et proposé un nouveau modèle d’indemnisation qui, tout en partant des spécificités des modalités d’emploi, de chômage et de travail dans le secteur culturel, est extensible et adaptable à tous « les travailleurs à l’emploi discontinu » (et pas seulement aux artistes et techniciens du spectacle). Ce modèle élaboré du côté de la « critique artiste » est fondé sur la solidarité, la sécurité et la justice, ce que Luc Boltanski et Ève Chiapello appellent la « critique sociale ». Ce sont les coordinations des intermittents et précaires qui ont indiqué quel terrain de lutte (pour un système d’assurance chômage) est adéquat à la nature du capitalisme actionnarial, c’est-à-dire est capable d’assurer à la fois l’égalité et l’autonomie à même la mobilité. Les plus « pauvres », les « plus petits », les plus mal lotis des intermittents revendiquent une assurance chômage contre la flexibilité, parce qu’ils ont su tisser des réseaux de travail, de solidarité, de coopération pour résister aux injonctions du marché de l’emploi culturel. Ce sont ces réseaux et cette flexibilité (qui, encore une fois, même chez les plus pauvres, est loin d’être toujours subie) qui, dans la lutte, ont été investis comme des instruments très efficaces de mobilisation. Peut-on alors sérieusement maintenir l’opposition entre « critique artiste » et « critique sociale » ?

Le point de vue sociologique

Du point de vue sociologique, le concept de « critique artiste » introduit assurément une foule de malentendus. Les clivages que les politiques libérales ont creusés dans la société n’ont rien à voir avec la caricature de la composition sociale et la cartographie des inégalités dépeintes dans le livre de Luc Boltanski et Ève Chiapello.

Revenons à la description des groupes sociaux porteurs selon eux de la « critique artiste », et essayons de voir pourquoi elle est caricaturale, voire démagogique : « par ailleurs, il faut bien voir que la critique artiste est aujourd’hui surtout portée par des personnes placées, qui ont fait des études supérieures, qui travaillent souvent dans dessecteurs créatifs(le marketing, la pub, les médias, la mode, Internet, etc.) ou encore sur les marchés financiers ou dans des sociétés de conseil, et que leur sensibilisation à ce qu’est, à l’autre bout de l’échelle sociale, la vie d’un ouvrier intérimaire, qui n’a, lui, aucune espèce d’intérêt à la mobilité, n’est pas loin d’être nulle. »

Les clivages que les politiques néolibérales tracent ne passent pas entre les nouvelles professions libérales et les nouveaux prolos, entre les branchés et les chômeurs, entre une « nouvelle classe créative », qui travaille dans les « industries créatives » et une vieille classe ouvrière qui travaille dans les industries traditionnelles. Les inégalités sont internes auxdits « métiers créatifs » qui selon les auteurs du Nouvel Esprit du capitalisme sont porteurs de la « critique artiste ».

Aucune des professions qu’ils présentent comme typiques des hérauts de la critique artiste n’est une entité homogène ; chacune correspond à un ensemble de situations fortement différenciées par les statuts, les salaires, la couverture sociale, la charge de travail, la durée d’emploi, etc. Il est possible de travailler dans le spectacle, dans la presse, dans l’architecture, etc., et d’être riche avec une situation garantie, ou pauvre dans une situation d’extrême précarité. Entre ces deux extrêmes, il existe une infinie variation et une très large modulation des situations et des statuts.

Les clivages des sociétés néolibérales ne passent pas entre les individus qui travaillent dans les médias, la publicité, le théâtre, la photographie, d’une part, et les ouvriers, les employés, les précaires et les chômeurs, d’autre part. Les clivages traversent les nouvelles professions libérales, les métiers « créatifs », puisque, tout simplement, une partie des individus qui y travaillent sont précaires, pauvres, sans garanties.

On pourrait dire exactement la même chose de presque toutes les professions que les auteurs citent, et notamment des chercheurs, qu’ils devraient – il n’est pas déraisonnable de l’imaginer – connaître un peu mieux. Le mouvement des « chercheurs précaires » a contribué à faire émerger, quelques mois après le mouvement des intermittents, la véritable nature d’une partie des métiers « créatifs » ou « intellectuels » dans l’Université et dans les institutions de recherche. Le mouvement contre le CPE et ses mots d’ordre contre la « précarité », n’auraient pas été possibles sans ces deux mouvements des « créatifs » du « haut de la hiérarchie socioculturelle » qui l’ont précédé.

De plus, si nous voulons compléter le tableau de l’emploi culturel que nous avons commencé à dessiner à grands traits avec la modulation introduite par les conditions de l’intermittence, il faut prendre en considération l’existence de nombreux « artistes » qui ne sont pas couverts par le régime d’assurance chômage de l’intermittence. On peut donc ajouter aux inégalités qui sont produites à l’intérieur du régime les clivages qui se creusent au dehors. Un nombre d’intermittents très difficile à évaluer cotise mais n’arrive pas à cumuler les heures nécessaires pour l’ouverture des droits à l’indemnisation. Une enquête du département statistique du ministère de la Culture4 menée sur les musiciens (les plus nombreux parmi les intermittents) qui sont inscrits au RMI donne les résultats suivants : au 31 décembre 2001 il y avait 12,3 % musiciens et 9,5 % dans l’ensemble des autres professions du spectacle au RMI. Au 31 décembre 2002, respectivement 11,4 % et 8,8 %, au 31 décembre 2003 11,6 % et 9,4 %, au 31 décembre 2004 12,3 % et 10,1 %, au 31 décembre 2005 13,0 % et 10,3 %, au 31 décembre 2006 12,2 % et 9,4 %.

Si l’on ajoute à ces « exclus » les plasticiens et tous ceux dont les professions « artistiques » n’entrent pas dans le cadre de l’assurance chômage des intermittents, on voit apparaître un panorama un peu plus complet de la situation. Parmi les plasticiens, les seuls qui s’en sortent vraiment (si l’on excepte le très petit nombre de ceux qui vivent grâce au marché hautement spéculatif de l’art contemporain) sont ceux qui ont un poste de professeur. Les autres sont, encore une fois, au chômage, au RMI et vivent des minima sociaux. Rappelons enfin qu’à Paris 20 % des RMIstes déclarent avoir une activité « artistique ».

Nous retrouvons des données comparables à celles que nous avons établies dans notre enquête sur les intermittents5 dans des études qui portent sur « les classes moyennes à la dérive6 » : Le nouveau capitalisme « n’est réellement porteur que pour un dixième de la population des nouveaux venus, pour qui le confort demeure incertain puisque se généralise un dispositif de type «up or out», ascension ou exclusion ». Nous retrouvons dans l’ensemble des « classes moyennes » le phénomène de polarisation et de fractionnement que nous avons constaté chez les intermittents. Seule une « classe moyenne très supérieure » accède au sommet du salariat privé (avocats d’affaires, experts comptables, cadres de la finance et management, etc.), mais « à l’autre extrémité, la précarité va de pair avec la modestie du niveau de vie ».

Comme dans le cas des intermittents, il y aurait un « trop structurel ». Les jeunes, fils des « anciennes classes moyennes », sont considérés comme « surabondants » et « surdiplômés » : « pour les générations âgées de 30 à 40 ans aujourd’hui, tandis que le niveau de diplômes croît, que les origines sociales s’élèvent, et donc que les candidats potentiels à l’entrée dans les classes moyennes abondent, la moitié des postes au sein des catégories intermédiaires de statut public ont simplement disparu et leur équivalent dans le privé ont connu une croissance trop lente pour absorber l’expansion des candidatures. Ce décalage n’est nulle part aussi profond que pour ces catégories intermédiaires. »

Aux États-Unis, ces mêmes phénomènes de déclassement et de précarisation sont en train de mettre fin au prétendu « rêve américain » et au rôle central, aussi bien politique qu’économique, qu’y jouait la « classe moyenne ». « Welcome to the middle class poverty » est un des slogans les plus efficaces utilisés par le syndicat des freelanceurs de New York. Ainsi, même aux États-Unis, les « nouvelles professions » (« Advertising, Fashion, Film/Television, Financial Services, Graphic Design, Information Technology/Co., Journalism/Writing, Music/Radio, Non-profit, Performing Arts, Photography, Visual Arts7 ») sont très loin de s’identifier à la fausse image véhiculée par le Nouvel Esprit du capitalisme, puisqu’elles sont à l’origine d’une nouvelle vague de « syndicalisation », d’organisation, de mutualisation et de solidarité.

En bref, la « creative class » n’existe pas, même aux États-Unis8,puisque les « nouvelles professions », les « secteurs créatifs » (médias, mode, culture, etc.) ne sont pas des blocs homogènes. Les nouvelles professions ne sont donc pas analysables avec les catégories « molaires » utilisées par les auteurs du Nouvel Esprit du capitalisme.

Égalité et liberté, « critique sociale » et « critique artiste » dans l’État-providence

La logique de l’autonomie et de la liberté et la logique de la solidarité et de l’égalité sont en réalité loin d’être incompatibles. Conformément à la stratégie des intermittents, elles doivent être, au contraire, déclinées ensemble, en syntonie, si l’on veut penser une nouvelle politique des droits sociaux. En restant sur le terrain classique de la « critique sociale », on laisse la possibilité aux néolibéraux de critiquer l’État-providence au nom de la « liberté » et de l’« autonomie ».

Les néolibéraux, pour légitimer leurs politiques de transformation et de réduction des dépenses publiques, utilisent les critiques que les mouvements des années 1960 et 1970 ont adressées au contrôle de plus en plus envahissant de l’État sur la vie des individus. Les luttes qui se sont déroulées autour de 68 avaient bien saisi que la sécurisation de l’existence, programme de l’État-providence sorti de la Seconde Guerre mondiale, est elle aussi une technique de gouvernement des conduites, puisqu’elle « facilite la direction des individus, bien que ce soit selon une méthode totalement différente de celles des disciplines9 ».

Pour Michel Foucault, à qui nous devons cette analyse, l’inconvénient majeur du système de sécurité sociale construit tout au long du XXe siècle est la « dépendance » des individus par rapport à l’État. Mais la dépendance n’est pas seulement interprétée comme une dépendance par exclusion10, par « marginalisation » (les pauvres, les faibles, les « anormaux » dépendent pour leur survie de l’aide de l’État), mais aussi comme une dépendance par « intégration » qui concerne les salariés eux-mêmes. La « couverture sociale, de fait, ne profite pleinement à l’individu que lorsque ce dernier se trouve intégré, soit dans son milieu familial, soit dans son milieu de travail, soit dans son milieu géographique11 ». Ainsi, sera protégé celui qui est « déjà protégé », dit Foucault.

La couverture sociale n’est pas une simple assurance contre les risques sociaux (chômage, accident, vieillesse), mais une technique de gouvernement d’un mode de vie auquel elle assujettit les individus, et toute personne ou groupe qui ne veut pas accéder à ce mode de vie se trouve marginalisé. L’intégration à l’État-providence par le « salariat » implique un assujettissement à un « style de vie » qui impose une suite de passages linéaires et programmés d’un enfermement à un autre (école, armée, usine, retraite). La sécurisation de l’existence dans lesdites « Trente Glorieuses » avait comme contrepartie l’acceptation de ce « destin ».

L’État-providence et les « droits sociaux » du fordisme sont ambivalents : il s’agit indiscutablement de conquêtes sociales, mais, d’autre part, ils exercent des « effets de pouvoir » tout aussi manifestes sur les individus. C’est cette ambivalence qu’il importe aujourd’hui, si nous voulons résister efficacement au néolibéralisme, de reconnaître, de penser et de traiter politiquement. Les luttes sociales des années 1960 et 1970 montrent précisément qu’il est possible de mener une lutte pour de « nouveaux droits sociaux » qui allient autonomie et égalité, et qui opèrent la critique des « effets de pouvoir », des « effets d’assujettissement » et d’« individualisation » de l’État-providence : pour Foucault, « l’objectif d’une couverture sociale optimale associé à un maximum d’indépendance est assez clair ». Face aux nouvelles dépendances et aux effets de pouvoir de la protection sociale, il « existe bel et bien une demande positive : celle d’une sécurité qui ouvre la voie à des rapports plus riches, plus nombreux, plus divers et plus souples avec soi-même et avec son milieu, tout en assurant à chacun une réelle autonomie ».

Les luttes des intermittents se placent précisément à l’articulation de ces deux réalités, « protection » et « dépendance », « assujettissement » et «subjectivation autonome ».Ce n’est pas parce que les luttes des intermittents s’en prennent au « gouvernement par l’individualisation » et font émerger, par opposition, « tout ce qui peut rendre les individus véritablement individuels », qu’elles ouvrent la voie au libéralisme. C’est bien plutôt parce que la « critique sociale » de la gauche traditionnelle refuse de se confronter aux « effets de pouvoir » de la protection sociale et ne fait que défendre les « acquis sociaux » qu’elle est impuissante face aux politiques néolibérales. Si la « critique sociale » ne se déplace pas sur le terrain indiqué par les intermittents, où liberté et égalité ne s’opposent pas, elle n’aura aucune chance de gagner contre l’initiative néolibérale. Elle sera, comme elle l’est actuellement, subordonnée aux dispositifs de gouvernement de conduites.










Maurizio Lazzarato
Sociologue indépendant et philosophe, Maurizio Lazzarato poursuit des recherches sur le travail immatériel, l'éclatement du salariat et les mouvements «post-socialistes». Il a notamment écrit Les Révolutions du capitalisme et (avec Antonella Corsani) Intermittents et Précaires. Ce texte est extrait de son ouvrage Le Gouvernement des inégalités. Critique de l'insécurité néolibérale. Il vient de publier Expérimentations politiques.
Pour citer cet article : Maurizio Lazzarato, « Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 21/09/2009, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=271
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 7, sept-oct 2008

Numéro 7

sept-oct 2008


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Nicole Caligaris - Dans le panorama

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Bruce Robbins - Du cynisme et des droits

à propos de
Michel Feher (dir.), Gaëlle Krikorian et Yates McKee, Nongovernmental Politics
Nicolas Guilhot, The Democracy Makers : Human Rights and International Order


Stéphane Dufoix - Le champ de l’épars. Naissance et histoire du « genre diasporique »

à propos de
Mishra Sudesh, Diaspora Criticism


Harry Harootunian - Héros et victimes

à propos de
Enzo Traverso, À feu et à sang. De la guerre civile européenne, 1914-1945


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Stephen Burt - L’envers du décor

à propos de
Philip K. Dick,


Patrick Tsaï et Madi Ju - journal « My Little Dead Dick » (extrait)

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique




Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro