Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

A propos de Jean-Loup Amselle, L'Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes

par François Cusset

à propos de

Jean-Loup Amselle

L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes

Démagogiques et rhétoriques, suspectes de « postmodernisme » et de « relativisme », les pensées postcoloniales favoriseraient aujourd’hui ces séparatismes et ces guerres culturelles qu’elles prétendent vouloir dépasser. L’attaque est signée Jean-Loup Amselle. Elle requiert non seulement une réponse, mais un véritable état des lieux.



Le monde intellectuel aime danser sur ses propres ruines, s’enivrer d’un certain catastrophisme dans l’ordre des savoirs. Il n’est jamais plus animé qu’aux heures où ses rhéteurs communient dans la certitude d’un désastre de la pensée. On n’en est pas loin aujourd’hui, semble-t-il, alors qu’un seul sentiment relie encore les derniers agitateurs d’idées, essayistes ou plumes instituées : celui d’une déliquescence généralisée (de la raison, de l’universel, des Lumières), ressenti avec une égale acuité d’un bout à l’autre du spectre politique. On dira que le discours de la débâcle a toujours été le fond de commerce de l’intellectuel généraliste, son lyrisme de fin du monde plaçant le locuteur au bord du gouffre, là où l’on est sûr d’être écouté. Mais il est rare, en France, que se fasse aussi unanime qu’à l’heure actuelle la grande lamentation rituelle sur la civilisation et ses barbares, sur feu la Vérité et ses sanglants assassins. Car on retrouve partout aujourd’hui le sermon contre « l’engeance » relativiste, « l’analphabétisme » culturel ou le dangereux « angélisme » multiculturaliste, depuis les essayistes de droite jusqu’aux confins d’une gauche intellectuelle en crise, en proie à des accès de néo-conservatisme épileptique et d’anti-progressisme virulent, attribuant tous les maux du monde, comme le fait un Jordi Vidal, à la « novlangue du chaos » et à « l’idéologie réactionnaire » d’une « culture postmoderne » de très large spectre – puisque son confusionnisme indigné et sa simple ignorance l’y font inclure des vices aussi variés que les cultural studies, le féminisme radical, la presse branchée, le « primitivisme » postcolonialiste et l’irrationalisme des « extropiens  ». Maints égalitaristes de gauche, héritiers du marxisme intellectuel, paraissent juger aujourd’hui beaucoup plus nuisible que la droite répressive et décomplexée pourtant au pouvoir, un ensemble de courants intellectuels qui ont le défaut – à leurs yeux – d’avoir émergé sur des campus anglo-saxons avant d’aborder (tardivement) nos côtes, d’oser se dire de gauche et de promouvoir les minorités et les diasporas comme autant d’accessoires à la mode. Le crépuscule de la libre pensée se déclinerait désormais au son de ces suffixes nous arrivant chaque mois par lots entiers d’au-delà des mers : les cultural studies, les études postcoloniales, la pensée subalterniste, le déconstructionnisme, l’indigénisme, les théories queer ou le multiculturalisme.

Le dernier essai de l’anthropologue africaniste Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché, s’inscrit à son tour dans ce sillage, participant à sa manière de ce réquisitoire disproportionné. Mais une plus noble ambition l’inspire aussi. Amselle s’y s’évertue en effet à dessiner, sans jamais vraiment y parvenir, les contours d’une position de compromis, pour ne pas dire une troisième voie, entre l’universalisme abstrait ininterrogé issu de l’héritage rationaliste et civilisateur des Lumières et l’alternative radicale que formulerait aujourd’hui la galaxie postcoloniale et culturaliste contre les dogmes de la modernité occidentale – sur la loi, l’universel, la science et la raison, la démocratie représentative et la vérité historique. L’enjeu, dès lors, n’est rien de moins que la possibilité de définir, avec ou sans l’héritage occidental, les cadres d’une politique d’émancipation transnationale au seuil du XXIe siècle. Un enjeu épistémologique, face à l’épuisement des deux modes d’intelligibilité ordinaires des rapports sociaux – l’approche classiste et le modèle républicain –, idéologique, autour de cette crispation civilisationnelle dont sont victimes jour après jour toujours plus d’anciens penseurs critiques (comme si le mot de civilisation était entièrement passé du côté de l’idéologie, ou comme si la catégorie d’Occident, au moment précis où elle devient obsolète, n’était plus du tout séparable de son projet hégémonique), et enfin directement politique: parvenir à articuler, au coeur de la gauche critique, les projets incompatibles de la gauche sociale et de la gauche multiculturelle, ou bien les acceptions unitaire et communautaire de la lutte sociale, ou encore, en termes deleuziens, la macropolitique organisationnelle (prompte à concevoir la question des minorités comme un luxe superstructurel, ou une simple ruse du marché) et les micropolitiques identitaires et post-identitaires.



Loin de l’histoire, loin de la politique



Une partie des critiques de principe formulées ici par Amselle, à l’encontre des excès rhétoriques de la vogue postcoloniale, sonne pourtant juste. On ne saurait nier qu’un « déni d’historicité » systématique peut effectivement « faire le lit du primitivisme » (p. 152), et ouvrir sur l’éloge convenu du bon sauvage et des peuples sans histoire. On sait aussi qu’une polarisation Nord-Sud érigée en paradigme de toute discontinuité s’apparente alors à un biais contestable, qu’elle conduise certains africanistes à ne jamais tenir compte de la participation des Africains au commerce des esclaves, ou qu’elle incite certains subalternistes indiens à nier la dimension structurante du conflit contemporain entre Islam et hindouité. Et on voit bien qu’une approche aussi monovalente risque toujours de pénaliser, plus largement, la coopération intellectuelle Sud-Sud, qui lorsqu’elle s’élabore avant tout contre l’Université du monde riche ou dans le but de s’affranchir des cadres conceptuels occidentaux, limite d’emblée ses horizons politiques. Car il fut une époque où ladite coopération, plus politique, ne s’embarrassait pas d’un devoir de décolonisation des savoirs, l’époque par exemple de la « Tricontinentale » (Asie, Afrique, Amérique latine-Caraïbes) montée à La Havane en 1966 dans la foulée de l’organisation des pays non-alignés.



D’une façon générale, ériger un signifiant fétiche en cause systématique, qu’il soit recours ou repoussoir, interdit de prendre la mesure du feuilleté sociopolitique complexe caractéristique de notre moment historique. C’est le cas, rappelle Amselle, avec le mot sacré de République : les penseurs postcolonialistes qui la diabolisent à tout bout de champ et les républicanistes durs qui font de sa défense inconditionnelle la seule voie d’avenir commettent, de part et d’autre, la même erreur. Et il est vrai enfin, comme le suggère Amselle un peu rapidement, que l’école postcoloniale dessert sa cause lorsqu’elle s’essaie à une relecture biaisée, frisant le contre-sens, des grands penseurs critiques occidentaux, de Walter Benjamin à Michel Foucault et, plus souvent encore, Antonio Gramsci . Ainsi Amselle consacre-t-il un chapitre aux mésusages de ce dernier, pointant la « substitution d’un folklore culturaliste et populiste »à la « réévaluation « politiste » et antiéconomiste du marxisme »chez un auteur dont les concepts d’hégémonie ou d’élaboration sont devenus des ritournelles de la pensée postcoloniale. Au-delà des écarts de lecture, il y a souvent, au sein de celle-ci, toute une surenchère à l’exil et un chantage à la minorité qui présentent plus de profit symbolique que de vertu heuristique, ainsi que s’en irrite Amselle. De fait, c’est à qui dénoncera avec le plus de zèle chez ses collègues la collaboration avec les universitaires du « Nord », l’usage de classiques ou de concepts « occidentaux » ou même le recours aux populations locales en informateurs (qui vaudrait parole extorquée, savoir exproprié), un zèle dénonciateur qui se mesure parfois au carriérisme de ses zélateurs, comme s’il fallait laver dans le sang (très symbolique) de ses collègues suspects l’affront fait aux siens quand on a soi-même trop vite rejoint les campus d’élite du premier monde.



Mais ces aspects du champ postcolonial signalent tout autant une curieuse (et regrettable) remoralisation du discours scientifique que son malaise face à l’irruption d’un objet nouveau. Car le postcolonialisme, avant d’être une carrière académique, c’est l’omniprésence inédite au coeur des sciences humaines mondialisées, comme thème et comme obsession, des multitudes prolétaires non représentées et de tous les sans-voix de la planète. C’est même la première tentative d’approche systématique et pluridisciplinaire d’un irreprésentable sociopolitique à l’échelle mondiale. Aussi, bien avant d’être « l’idéologie » qu’en fait ici Amselle, le postcolonialisme constitue-t-il un ensemble d’hypothèses historiques et épistémologiques qu’il importe de discuter. C’est même la faiblesse majeure de son livre, comme de nombreuses interventions récentes, que de ne jamais vraiment le faire. Et d’entremêler plutôt jusqu’à l’indistinction la discussion théorique et le jugement de valeur, l’épistémologie et l’idéologie, ou plus littéralement le « postcolonialisme » et le « postmodernisme », ce mot-ci surgissant automatiquement chez Amselle à chaque fois qu’apparaît celui-là. Or, d’un côté, le postcolonialisme n’est pas une école surgie du néant par le caprice de quelques carriéristes, mais représente une série d’hypothèses historiographiques majeures, sur les avatars culturels de l’histoire coloniale, sur la dissolution des héritages et des structures collectives, et sur la nécessaire négociation chez les dominés entre différents types de domination. Des hypothèses qui ont en commun une double filiation : un certain rapport à l’héritage socialiste, fait de rupture autant que de continuité, et une façon d’intégrer à la théorie politique (aux confins des sciences sociales et de la littérature, les deux champs disciplinaires qui encadrent le postcolonialisme) les conséquences du linguistic turn en sciences humaines – en faisant des corpus littéraires l’enjeu d’un véritable rapport de force, en tablant sur une politique effective des textes et des discours, et en reposant à nouveau frais la question des liens entre oralité et écriture.



Et surtout, d’un autre côté, rien désormais n’est plus dénué de tout sens précis que ce vocable incontournable de postmodernisme. D’autant qu’Amselle n’évoque jamais ses premières théorisations sérieuses, il y a déjà deux à trois décennies : celle du théoricien littéraire américano-égyptien Ihab Hassan, dès 1971, sur l’explosion interne du texte avant-gardiste et l’invalidation par inclusion du mythe littéraire moderniste , celle du philosophe Jean-François Lyotard en 1979, qui dans son fameux « rapport sur le savoir » ne s’est pas contenté (comme Amselle) de définir le postmodernisme comme le déclin des grands récits, ou plus précisément « l’incrédulité à l’égard des méta-récits  », mais, plus largement, comme un nouveau feuilleté du temps et un nouveau rapport à l’histoire ; et celle, enfin traduite en français l’an dernier, du penseur américain Fredric Jameson, qui analysait dans un article fondateur de 1984 le rôle de l’ironie, de la citation, du mélange des styles et du désenchantement politique comme « discours culturel  » d’ensemble du capitalisme avancé. On voit même mal ce qu’Amselle reproche à cette nébuleuse « postmoderne » si mal définie, sinon ce qu’il nomme au final la pensée « du fragment », une dispersion irréversible du matériau intellectuel et de l’offre culturelle qu’il oppose, grossissant le trait, aux démarches totalisantes et aux pensées de la totalité – qu’on imagine, de leur côté, héritées de l’hégeliano-marxisme. Le postmodernisme serait en ce sens le consensus de l’absence de consensus, sa propagande (et sa force) résidant pour l’auteur « dans la formidable capacité d’intégration que représenterait la pensée du fragment à l’ère des multitudes » (p. 262). Mais c’est confondre un peu vite l’idéologie et le processus historique. C’est rabattre hâtivement le discours intellectuel du fragment, en vogue de l’université jusqu’aux mondes de la musique mixée et des arts plastiques, sur la réalité sociale et institutionnelle de la fragmentation. C’est imputer, à la limite, aux rhétoriques (et aux stylistiques) de l’objet trouvé et de la détotalisation le démantèlement effectif des structures collectives et des grands récits unitaires.



Usages postcoloniaux



Ce type de confusion se retrouve, hélas, à tous les étages de l’édifice amsellien, bâti comme d’assez loin, de seconde ou troisième main, fait de récits amis et d’articles complices auxquels il rend souvent hommage, cousus ensuite les uns aux autres. Le florilège, ici, serait tentant. Foucault ? « Chez ce penseur éminemment relativiste, et à ce titre tout à fait postmoderne, n’apparaît aucunement [...] un intérêt quelconque pour la réalité qui l’entoure » (p. 18). Derrida ? « C’est en multiculturalisant la pensée [...] qu’il entend déconstruire la métaphysique occidentale » et « briser son logocentrisme » (p. 19-20), au lieu du doute de Derrida face à « l’autre langue » et aux refrains de la diversité, et face à tous ceux qui attribuent un sujet ou une méthode à la déconstruction. Amselle a surtout tendance à confondre ces auteurs et leurs interprètes mondiaux, ces textes et leurs usages bigarrés, étrangement indifférent (pour un anthropologue) au jeu des décontextualisations et des pratiques herméneutiques. Comme, en face, lorsqu’il fait de l’oeuvre d’Edward Saïd le prolongement de celle de Foucault, oubliant les fortes critiques par Saïd des conceptions foucaldiennes du pouvoir et de l’histoire. Amselle paraît en fait, bien souvent, reprocher aux philosophes français ou à leurs herméneutes littéraires américains un manque de rigueur dans l’usage des concepts anthropologiques et ethnologiques à la façon dont les physiciens Alan Sokal et Jean Bricmont, il y a dix ans, reprochaient aux mêmes auteurs, ou à peu près, leur mésusage de notions scientifiques et mathématiques .



Mais de Logiques métisses à cet Occident décroché, le fond de l’affaire, pour Amselle, est la recherche, plus rhétorique qu’effective, d’une position intermédiaire entre universalisme et relativisme anthropologiques, ce qu’il fait à partir d’un jeu d’articulations variables (comme, dans son essai Branchements, entre « signifiant planétaire » et « signifié particulariste ») et surtout d’un dévoilement des nouvelles logiques culturalistes, celles qui promeuvent le métissage et la diversité des cultures (celles-là même qu’il attaque ici de front), comme « essentialismes » involontaires. En axant toute leur approche autour du concept de cultures (au pluriel) et des phénomènes contemporains d’entremêlement et de créolisation, venus combiner des éléments initialement séparés, elles renverraient implicitement à un éloignement originel des cultures, avant leur mondialisation en quelque sorte, ou même à une « forme de phobie envers le mélange » (p. 23) – là où l’auteur de Logiques métisses n’eut de cesse, comme africaniste, de présenter au contraire comme premiers le mélange et l’échange, l’indistinction et l’influence réciproque. Pour lui, les rapports d’hybridation, les convergences identitaires ou même « les relations de type Centre-Périphérie » ont toujours déjà lieu à l’intérieur de chaque aire culturelle, tandis qu’une position de séparatisme identitaire ne peut être formulée que de l’extérieur de chaque culture. Sont ici en ligne de mire les discours de l’ancestralité et de l’authenticité qui sont aujourd’hui ceux du « primitivisme new age ». Mais le raisonnement d’Amselle, qui oppose un discours de l’hybridité première (dont il aurait eu l’initiative) et une idéologie de l’hybridité seconde (fondée donc sur l’idée d’une pureté première), revient à faire l’impasse sur de nombreux aspects du débat épistémologique en cours au sein des études postcoloniales – notamment sur le motif récurrent d’une hybridité originelle et sur le rôle des processus historiques d’hybridation au coeur de la théorie postcoloniale, de Homi K. Bhabha à Stuart Hall . Et c’est ne pas tenir compte des stratégies d’interconnexion et de résistance culturelles et des politiques de réappropriation sociale et de subjectivation collective qui sont effectivement à l’oeuvre dans toute situation postcoloniale, depuis les communautés aborigènes d’Australie jusqu’aux indiens des nations mélangées d’Amérique du Sud . Autrement dit, les célébrations de la singularité ou même de la diversité culturelles ne « conduisent inévitablement à une ethnoracialisation des catégories sociales » (p. 234) que si on les isole des projets politiques, des contextes sociaux et des tactiques intercommunautaires dans lesquels elles s’inscrivent.



C’est en tout cas d’une telle équivalence, paradoxale et bien mal attestée, entre essentialisme et postcolonialisme, ou entre les discours du métissage et les logiques du séparatisme, que se réclame Amselle pour aligner une série de parallèles aussi provocateurs qu’improbables – dans la lignée des essais à succès de la décennie précédente sur les vices involontaires de la vertu antiraciste, ou sur les effets contre-productifs de la dénonciation des inégalités. C’est ainsi que se trouvent renvoyés dos à dos, entre autres, l’indigénisme zapatiste du sous-commandant Marcos et l’anti-indigénisme furieux de l’écrivain conservateur Mario Vargas Llosa, ou bien Edward Saïd (en thuriféraire d’une très vieille lutte Est-Ouest) et Samuel Huntington (pour son « choc des civilisations »), ou encore la moindre politique minoritaire anti-discriminatoire et « l’impérialisme multiculturel américain » (p. 262) – puisque celle-là ferait toujours le jeu de celui-ci ! –, et même les anti-sionistes et les hyper-sionistes : Alain Badiou, pour Portées du mot « juif », et Jean-Claude Milner, pour Les Penchants criminels de l’Europe démocratique, se retrouvent ainsi au coude à coude, au nom d’un particularisme radicalisé ou d’une même allergie à l’universalisme républicain. De même qu’en France, convergeraient, pour Amselle, la discrimination positive et les méthodes musclées de la police contre les immigrés, ou le « racisme républicain » et la défense postcolonialiste des « diasporas victimisées ». Il s’agit, pour l’auteur, de faire valoir « la convergence contre nature des « néoréacs » et des « postcoloniaux » » comme « nouveau bloc historique » (p. 259) de ce début de millénaire. Les derniers mots de son livre, dans cette logique, en résument aussi les limites : « en reprenant à leur compte les stéréotypes de l’Occident émis à leur encontre, les postcoloniaux et les subalternistes, croyant se dresser contre lui, auraient de fait oeuvré à son hégémonie » (p. 273). Car ce qui manque à ce genre de paradoxe grossièrement dialectique, parfaitement généralisateur, n’est autre qu’une double distinction : d’une part entre une idéologie nouvelle de l’hybridisme et un matérialisme effectif de l’hybridité – qu’il n’évoque ici qu’au passage, par exemple à propos de la voiture indienne Ambassador, cette Austin indigénisée valant « recyclage du kitsch européen » (p. 119) –, et d’autre part entre l’assertion scientifique et l’énonciation tactique, entre l’épistémologique et le stratégique.



L’oubli tactique



Il manque, autrement dit, une analyse des conditions sociales de la mise en oeuvre de ces différents discours postcoloniaux. Car ces discours ont un public et des usages, ils ont des effets de champ, plus ou moins voulus, et une fécondité politique et un profit symbolique propres. Ils sont, depuis leur origine, toujours réactifs, du CODESRIA de Dakar au Center for Subaltern Studies de Delhi, où les programmes scientifiques et les discours théoriques sont élaborés d’abord en réaction (stratégique et politique) à des phénomènes à la fois avérés historiquement et construits à leur tour comme autant de personnages conceptuels – « l’africanisme » des chercheurs blancs, « l’eurocentrisme » émancipateur, le « prosélytisme » démocratique du Premier monde, etc. De plus, oublier la tactique, ce n’est pas seulement oublier son sens sociologique de stratégie de champ, mais aussi son sens éthico-politique, celui que lui donne Michel de Certeau, par exemple, pour comprendre la résistance des usagers face aux dominants, ou des « locataires du savoir » face aux « propriétaires » du sens : « action calculée que détermine l’absence d’un propre [...], la tactique n’a pour lieu que celui de l’autre », elle doit « jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère », ce en quoi elle « crée des surprises [...], elle est ruse, c’est un art du faible  ». De quoi affiner, en tout cas, l’analyse des rapports entre concepts ou auteurs occidentaux et savoirs ou discours autonomes chez les penseurs « du Sud ». Lesquels ne jouent jamais vraiment, comme le croit (ou fait semblant de le croire) Amselle, ceux-ci contre ceux-là, les bons contre les méchants, mais articulent in vivo, pour user du langage certalien, un temps propre et un lieu extérieur, une source impériale et sa réappropriation tactique, ou encore des inscriptions et leurs usages. La tactique est ici sous-estimée à tel point qu’Amselle peut reprocher à Gayatri Spivak, et même au Sartre d’« Orphée noir » (1948), leur défense d’un « essentialismestratégique », sans paraître comprendre l’épaisseur politique d’un tel terme. L’anthropologue se coupe ainsi d’une réflexion stratifiée, complexe, tactique justement, selon laquelle on peut promouvoir une essence identitaire en situation, comme instrument micropolitique de subjectivation de la lutte sociale, ou comme moment décisif d’un combat politique plus large qui l’englobe. C’était bien l’idée des premiers volumes de la revue Subaltern Studies, qui proposaient une contre-historiographie de la guerre d’indépendance indienne pour démonter l’unité rétrospective d’un sujet collectif de la décolonisation. Et c’était même, dans un tout autre domaine, l’idée des organisations pionnières d’aide aux malades du sida : quand un groupe social (et non sexuel) tel que « les homosexuels » se trouve à la fois stigmatisé et plus directement concerné qu’aucun autre groupe par une telle épidémie, l’identité qu’il acquiert de fait n’est pas alors une essence, mais bien une situation, elle ne relève pas d’une taxinomie, mais d’une stratégie de lutte, elle n’est pas un –isme de plus mais une nécessité impérieuse.



Et puis on se demande, pour finir, si Amselle ne grossit pas le trait d’une posture universaliste-républicaine qui ne lui irait pas très bien, dans le seul but d’exister à son tour dans le débat en cours, d’intervenir dans l’espace des discours pour ou contre quelque chose comme « le postcolonialisme » – lui dont toute l’oeuvre a croisé ces thématiques sans qu’elle ait jamais reçu la consécration dont ont bénéficié plus récemment quelques divas du champ postcolonial. Tout se passe comme si Amselle voulait lui aussi, à raison, avoir sa part de la grande re-légitimation en cours du scientifique par le biographique, du théorique par le vécu, dont il ne voit pas pourquoi il serait seul exclu. D’où les modalisations fréquentes qui scandent ce livre-ci, et même l’allusion touchante, pudiquement autobio(biblio)graphique, que comme Madame Bovary pour Flaubert, « Logiques métisses c’est moi » (p. 58). De même, si sa discussion, intéressante, du « décrochage juif » par rapport à l’universalisme occidental laisse un peu perplexe, elle est aussi l’occasion d’évoquer chez lui « les stigmates du rescapé », le passage par la « génération Jazz » et l’engagement anticolonialiste cher aux jeunes Juifs de l’après-guerre.



Au-delà des limites et des contradictions de l’approche amsellienne, restent les questions que « porte » un tel livre, comme on porte l’estocade, au coeur de l’arène intellectuelle contemporaine. C’est d’abord la question de la décolonisation intellectuelle et des « savoirs endogènes », posée par la crise des deux grands modèles de pensée échafaudés au siècle dernier pour relever les défis du Sud : les théories libérales ou sociales-démocrates de la modernisation des années 1950-1960 et les théories para-marxistes et néo-tiers-mondistes de la dépendance des années 1970-1980. Car la quête d’une épistémologie alternative ne saurait être réduite à un « processus de purification ethnique du savoir » (p. 273), ni à l’exemple souvent décrié des « sciences indiennes » promues par certains théoriciens postcolonialistes contre le rationalisme occidental (y compris le retour aux mathématiques védiques et à l’astrologie hindoue), au risque de toutes les dérives idéologiques . L’appel à une désoccidentalisation des savoirs n’est pas seulement un slogan efficace ; il pose à plus longue échéance la question du « bricolage » entre corpus occidentaux et pratiques épistémiques locales, et celle du dialogue scientifique et culturel Sud-Sud – dont les promesses mais aussi pour l’heure les limites sont illustrées par un exemple comme celui du SEPHIS (South-South-Exchange Program on the History of Development). Il y a, ensuite, la question cruciale de la subalternité, qui renvoie à la crise mondiale de la représentation politique, aux formes d’énonciation autonome à l’âge de l’Internet et du déclin de l’espace national, et à la complémentarité qu’il reste à penser entre les luttes de classe et la subjectivation micropolitique, ou identitaire. Car le concept doublement politique et littéraire (ou linguistique) de subalterne, que l’on n’a pas encore commencé d’interroger dans l’Université française, semble plus à même que la notion vague de « multitude » à renouveler la figure du prolétaire et ses élaborations théoriques.



La communauté en question



Reste, enfin, la question vivante de la communauté, qui jette un pont entre les avant-gardismes occidentaux (notamment ceux de la gauche intellectuelle du demi-vingtième siècle) et les pratiques théoriques des gauches du « Sud ». Le cas de l’Amérique « latine » la mal nommée est ici exemplaire, irréductible en tout cas à ce qu’en affirme Amselle, qui réduit le mouvement zapatiste à un « néo-indianisme new age » et, surtout, les différents communautarismes andins à la « construction de l’objet« cordillère des Andes » [...] en isolat culturel » (p. 179) et à la « fétichisation de l’ethnicité » (p. 198). Au contraire, une histoire en cours comme celle de l’expérience politique bolivienne montre le rôle de carrefour théorique et directement politique de la communauté, en tant que site effectif de production du commun : c’est elle, en Bolivie, qui parvient, non sans tensions, à relier sur le terrain le passé syndical et les identités indigènes, l’héritage des luttes sociales et le présent des revendications identitaires, les logiques d’État et l’autonomie locale de décision. L’indianité n’y est pas l’essence ou encore l’instrument de pouvoir qu’en fait un peu vite Amselle, mais un moteur politique, une plateforme d’élaboration sociale, un site de résolution des contradictions locales. C’est ce qu’illustre le cas, complexe, de la « justice indigène » mise en place récemment sur les hauts plateaux boliviens à l’initiative de la ministre de la justice Casimira Rodriguez, à la fois contre la corruption de la police nationale et contre l’arriération de certaines pratiques locales, et non pas pour réintroduire le fouet dans les villages à la façon dont certains pays musulmans ont réintroduit la charia, ainsi que le suggère beaucoup trop vite Jean-Loup Amselle (p. 197). L’indianité, en somme, est en Bolivie un « moment » tactique fédérateur, et dûment maîtrisé, aussi bien pour le président aymara Evo Morales que pour son vice-président sociologue Alvaro Garcìa Linera .



Reste qu’une telle critique du postcolonialisme universitaire n’a pas attendu Jean-Loup Amselle pour pointer les dérives textualistes ou l’oubli des rapports sociaux et des processus historiques, ou même pour tenter de rabouter la critique du capitalisme et l’épistémé postcoloniale, l’histoire sociale et la question communautaire, au lieu des mots d’ordre démagogiques de « rupture de paradigme » entonnés par certains dans le champ postcolonial. Cette mise en perspective travaille déjà sous diverses modalités le paradigme postcolonial en cours d’élaboration – qu’on songe à des critiques aussi diverses que celles que lui adressent l’historien turc Arif Dirlik, le sociologue de la communication Armand Mattelart et le théoricien marxiste pakistano-américain Aijaz Ahmad. Elles ont en commun une vigilance ancienne à l’égard d’une certaine dématérialisation des rapports sociaux mais aussi, contre l’anti-communautarisme idéologique auquel se raccrochent les élites françaises, le souci d’affûter en arme critique cet élan postcolonial, de le re-socialiser et de le re-politiser, ou encore de l’empêcher de jeter le bébé avec l’eau du bain : de jeter l’universalité concrète avec l’universalisme abstrait, le sujet politique collectif avec le « Sujet » (ou l’Auteur) occidental, le ressort dialectique et la perception juste des rapports de force avec ces fameux « dualismes » qu’on a appris à « déconstruire » un à un, ou même de jeter la vieille lutte des classes, désormais mondialisée et culturalisée, avec la vision du monde eurocentrée. D’une telle filiation, d’un tel croisement des perspectives, dépend tout bonnement la viabilité d’une gauche critique pour demain.




François Cusset
François Cusset enseigne l'histoire des idées à l'Institut d'études politiques de Paris et dans la branche française de l'université Columbia. Ancien responsable du Bureau du livre français à New York, il est chercheur associé au CNRS (laboratoire « Communication et politique  »). Il est l'auteur de Queer Critics : La littérature française déshabillée par ses homo-lecteurs (PUF, 2002) ; French Theory : Foucault, Deleuze, Derrida et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis (La Découverte, 2003) ; et La Décennie : Le grand cauchemar des années 1980 (La Découverte, 2006).
Pour citer cet article : François Cusset, « Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 06/05/2010, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=209
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 5, mai-juin 2008

Numéro 5

mai-juin 2008


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Christophe Fiat - La Jeune fille à la bombe (extrait)

Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Antonio Negri et Steffen Vogel - Retour sur les « années de plomb »

Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


Thierry Labica - La culture n'est pas une marchandise : c'est un gouvernement

à propos de
Alain Brossat, Le Grand Dégoût culturel


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Gilles Sainati - L’hystérie sécuritaire. Projets politiques ou effets de structure ?

à propos de
Armand Mattelart, La Globalisation de la surveillance. Aux origines de l’ordre sécuritaire
Laurent Bonelli, La France qui a peur. Une histoire sociale de l’insécurité
Laurent Muchielli (dir.), La Frénésie sécuritaire. Retour à l’ordre et nouveau contôle social


Charlotte Brives - L’ethnologue et la mouche drosophile : au coeur d’un laboratoire japonais

à propos de
Sophie Houdart, La Cour des miracles. Ethnologie d’un laboratoire japonais


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Philippe Beck - Merlin

Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)




Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro