Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

30 ans d'usine

A propos de Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière : les chaînes de montage chez Peugeot 1972-2003

par Nicolas Hatzfeld

à propos de

Marcel Durand

Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière

les chaînes de montage chez Peugeot 1972-2003

Avec la réédition augmentée deGrains de sable sous le capot, ce sont trente-cinq années d’usine et d’écriture – en permanence entre opposition et sécession, négociation et sabotage, délimitation des territoires intimes et des territoires communs – qui nous sont données à lire.



Il faut s’offrir Grains de sable sous le capot. Pour le plaisir de la lecture d’abord. Voilà en effet un auteur bien installé dans son bonheur d’écrire, irrépressible. Une écriture économe, précise, efficace, guidée par l’action. Une sobriété industrielle ? Une construction sachant varier le rythme, s’arrêter à bon escient, multiplier les notes et saynètes pour tantôt composer un tableau, tantôt dérouler un récit. Une plume qui, sachant suggérer là où point trop n’en faut, offre au lecteur d’innombrables occasions de prolonger l’esquisse, entrer dans la scène, finir les personnages. Une vraie générosité d’écrivain sûr de ses ressources, du monde qu’il a à proposer et sachant cadrer l’imagination pour lui éviter de s’embourber dans les stéréotypes. Il parle d’un monde qu’il connaît sur le bout des doigts.



Il faut s’offrir ce livre pour le moral. Parlant de l’usine, ce livre prend le contre-pied des images les plus courantes. Si l’écriture de Marcel Durand (Hubert Truxler pour l’état civil) remonte à ses jeunes années, l’idée de construire et, peu ou prou, de faire oeuvre remonte à la nécessité de faire pièce aux discours managériaux des années 1980. Il fallait faire face aux argumentaires sur la nécessité de moderniser les entreprises et, pour ce faire, d’introduire les méthodes japonaises qui fascinaient le patronat et l’encadrement. Une partie des sociologues du travail baissaient pavillon, au motif que les pertes d’emploi rendaient obsolète la critique du travail. Et puis, au fil des années 1990, l’image de l’usine s’est trouvée prise entre la nostalgie branchée et la dénonciation de la souffrance ouvrière. Un regain de sympathie pas toujours exempte de condescendance, et qui n’est pas sans susciter malaise : au-delà des discours qu’on tient sur eux, comment les ouvriers vivent-ils leur situation, qu’en disent-ils et que font-ils ? Et voilà qu’Hubert Truxler nous apporte la chronique truculente d’une résistance ouvrière. Effet roboratif immédiat facilité par l’inventivité lexicale du texte : l’atelier est la scène où ils réinventent sans cesse leur rôle en réaction au script que l’encadrement s’évertue à leur faire jouer.



Le gang des planches de bord, les trois K et les Hen-Heins





Après quelques brèves pages d’entrée en matière, les présentations se font sans ambages. D’abord, sur le lieu du travail – les chaînes de montage – le gang des planches de bord avec qui tout commence, dont les principaux personnages sont le Gros, Nanard et l’Arpette, auxquels s’agrègent Michou, Alaing, le Chti, Gringo, la Flèche, Yougo, etc., autant d’individualités qui forment le socle du récit des premières années, les années de jeunesse, les années 1970. Cela suffit pour entamer l’initiation, à base de gags : gazole dans le tuyau d’air comprimé, boîte à outils garnie au munster, noix de graisse dans la poignée de main. C’est le tarif « copains ». Vis-à-vis des carrosseries, on entre dans le «lancer de planches de bord », le cacher de composants rares, l’interversion de pièces. Contre les autres secteurs, cela se règle à coups d’arrosages ou de concours de chant, tandis que des cris d’animaux saluent les visiteurs. La chaîne, parfois, a droit aux discrets sabotages qui font les meilleures pauses. À l’égard des gens déplaisants, fayots et autres rouleurs de mécaniques, avec les chefs surtout, le gang applique le « régime dur », variante autochtone du principe du bizutage. Ainsi s’installe ce qu’un anthropologue allemand, Alf Lüdtke, appelle le sens de soi, l’Eigensinn, qui se décline à toute échelle, de la personne au groupe de copains et du groupe au collectif des OS, les ouvriers spécialisés qui forment la piétaille de l’usine. Et qui s’éprouve sans cesse. Tout geste est ainsi mis en perspective : « Les fayots font la séance apéritive quand la journée est terminée. (…) Nous entamons le Ricard tôt en journée – et ça se passe au poste [de travail]. Un Ricard, ça se déguste. Il sert à créer une ambiance. L’avaler cul sec après le boulot, il faut être dingue ! »



Avec les années 1980, la transition est rapide : « Tout le monde attend que Mitterrand agisse à notre place. La direction Peugeot se presse de nous presser comme des citrons ; mais elle est trop pressée et nous sommes trop mûrs. On lui saute à la gueule. L’automne sera chaud. Il est chaud. Il fut chaud.» Arrivent les trois K qui dominent la partie suivante : les kamarades, les kadres et les kons. Décalé par rapport à cette représentation militante d’un konflit auquel il participe, Marcel Durand conte par le menu, par le ras de terre du poilu récalcitrant, la bataille de 1981, longue série de débrayages quotidiens d’une minorité d’ouvriers. L’enjeu est double : les attentes ouvrières vis-à-vis de la gauche d’une part, et, de l’autre, l’impact d’un net mouvement d’intensification du travail visant à faire face à des pertes se chiffrant par milliards de francs. On fait connaissance avec les cravates : les tenants du commandement, que la direction réquisitionne pour leur faire faire pression sur les ouvriers grévistes. Serrant de près les cortèges de grévistes qui sillonnent les ateliers, les Kadres se transforment en « suivettes ». Les manœuvres varient, des pressions des chefs au poste des grévistes, aux quolibets voire aux coups qui se perdent : « Une cravate est à trois pas devant moi, légèrement détachée du cortège qui reprend son allure normale. Je me rapproche, décoche un coup de pied au cul bien placé et rentre dans les rangs, sifflant innocemment. » Semaine après semaine, la grève s’essouffle. Toutefois, elle desserre l’étau répressif mis en place au cours des années qui avaient suivi 1968.



Troisième partie : exploration du monde des « hen-heins », ces réfractaires auto-désignés d’après le bruit d’une visseuse qui visse, puis tourne dans le vide. Retour de l’impertinence qui, cette fois, conforte les liens de solidarité et de respect formés dans la grève. Création d’une contre-culture, explique Durand, qui décrit les cercles concentriques de cette reprise collective. Et qui cible le repoussoir : « Siap ! », le nom du syndicat maison claque comme une insulte. « Traiter un gars de Siap déborde largement sa signification syndicale, déjà peu reluisante. Pour les ouvriers de Sochaux, siap signifie surtout fayot, fumier, feignant, Cravate. Bref, tout ce qui est pourri. » Les Hen-heins forment des réseaux à travers l’atelier, se rendent visite de chaîne en chaîne, «parlent du dernier coup fumant» et préparent le suivant. Badges du CDM (Club des mécontents) sur les bleus d’entreprise, détournements des systèmes qualité, ripostes aux nouveaux modes de management et réactions à l’emploi discriminatoire des ouvriers immigrés. « Les en-heins sont les Hen-Heins sont le grain de sable de cette mécanique trop bien huiléeHHHen-Heins sont le grain de sable de cette mécanique trop bien huilée». Contre l’alourdissement des charges de travail, récits de refus pied à pied, d’ouvrier à chef, au fil des jours. Des combats pour réfractaires aguerris, le grand art de la résistance. Et, plus facile, plaisant même, les mille et une façons de ridiculiser les fayots, ou de garder à distance les chefs qui font ami-copain. Pourtant, les marges se resserrent : STO (samedis de travail obligatoire), lutte contre l’absentéisme, etc. Face à cela, la résignation affecte des ouvriers qui vieillissent, depuis la fermeture de l’embauche en 1979. La chronique est mitigée, de ce fait.



Nanard part à la retraite



Ici s’arrêtait le livre initial, publié en 1990 aux éditions de La Brèche et fort peu remarqué à l’époque. Mais la faconde ne s’est pas tarie. Cette seconde édition comprend deux nouvelles parties. La première retrace une grève survenue en 1989, touchant d’autres sites de Peugeot, sous forme d’arrêts de travail quotidiens. S’il s’agit là de salaires, le récit reste campé au ras des débrayages quotidiens. Un point de vue exceptionnel sur les tergiversations, les élans, les réticences ainsi que sur les pressions hiérarchiques et, là encore, les frictions avec les « suivettes ». La seconde reprend les événements ordinaires par lesquels tout change sans que rien ne change. Transfert vers un nouvel atelier aux techniques ultramodernes et échec d’un management convivial, changements de costume et autres réformes cosmétiques, catastrophe des 35 heures exposée par le menu, systématisation de l’intérim, mais aussi guerre des transistors entre ouvriers sur les chaînes. Et toujours, au coin de la page, Charlot réinventé. Le final, départ à la retraite de Nanard, se fait en costume en serge peignée, noeud papillon et chapeau.



Dans une remarquable préface, Michel Pialoux présente l’auteur, avec lequel il est devenu ami. L’écriture, tôt venue à Albert Truxler, s’est très longtemps limitée à de brèves notes, adressées depuis l’enfance à des proches. L’usine n’a rien modifié à cette écriture incessante et modeste, pratiquée sur des feuilles disparates, et souvent de récupération. Des feuilles que, pour distraire les copains, il faisait parfois passer à ses proches. Puis, lors de la grève de 1981, c’est un ami qui lui suggère d’écrire sur le mouvement auquel tous deux participent. L’écriture change de statut : exprimer un point de vue gréviste ne se réduisant pas à l’expression syndicale. De là, par la suite, tout en continuant sa chronique, il reconstitue avec les anciens copains le bon vieux temps du gang des planches de bord, dont l’exceptionnelle pétulance s’explique. La suite se fait, comme naturellement. Au point qu’on en oublierait presque que l’ensemble s’étend sur plus de vingt ans, que derrière l’apparente légèreté, nous avons là un travail ouvragé avec soin.



Il faut s’offrir ce livre qui, en bousculant les repères, provoque la réflexion. Dès leur mise en circulation, les feuillets bricolés suscitent des réactions diverses. Les copains les apprécient. Ils sont remarqués et soutenus par l’écrivain Jean-Paul Goux, auteur des Mémoires de l’enclave, et par Michel Pialoux. Mais cela n’a rien à voir avec l’engouement qui a parfois entouré d’autres auteurs ouvriers, pittoresques ou emblématiques d’un destin engagé, Léonard le maçon-député, Constant Malva le mineur courtisé, Augustin Viseux le militant exemplaire, etc. Là, les éditeurs renâclent. Les syndicats ignorent ce spécimen inassimilable. Et les lecteurs, au premier abord, sont souvent désarçonnés. Grains de sable détonne par rapport aux canons de la dignité ouvrière. Les comportements exubérants, les facéties parfois discutables, le langage radicalement non conformiste déroutent le lecteur qui cherche la classe ouvrière, ou sa disparition. Il devient lumineux, par contre, pour celui qui accepte de suivre des personnes en train de se recomposer sans cesse pour résister à l’incessante tendance de l’usine à les intégrer, les assimiler, les ingérer. Le combat ne se résume pas aux voies balisées de la revendication syndicale, qui sélectionne tant les thèmes recevables que les adversaires dicibles. Le cas des dénonciations ciblées de chefs indignes dans les tracts de Lutte Ouvrière – une rubrique que, de la Direction des ressources humaines aux vestiaires ouvriers, l’on commente en faisant mine de ne pas y toucher – montre combien les controverses sociales étouffent dans les canaux officiels de la communication et de sa contestation. Des canaux qui, de façon symétrique, façonnent une même image de la dignité ouvrière : sens du devoir, amour du travail et de la qualité, discipline et dévouement. Autant de conventions que Marcel Durand ignore, par principe. Il s’agit d’abord de soi, de son corps, de son âme, de l’image de soi. La tenue de travail peut devenir enjeu, aussi bien que la caisse à outils, les suggestions de modification de geste ou d’équipement, les temps chronométrés ou l’entretien d’évaluation.



Moi, Nous et Eux



Vivre à l’usine consiste aussi à composer de l’entre-soi, à faire vivre du lien social autonome et, parce que c’est nécessaire, du lien alternatif aux systèmes intégrateurs. Pour éclairer l’enjeu, on peut se référer à une formulation élaborée par l’historien Pierre Laborie à propos de l’opinion des Français sous l’occupation-collaboration, parlant de «penser double ». À l’usine, vivre suppose d’arbitrer sans cesse dans ce jeu d’acceptation et de refus. De repositionner ses propres repères, de délimiter les territoires du « moi » et du « nous », surtout du « nous » et du « eux », d’en définir la consistance et le contenu. À ce jeu vital, trop de raideur épuise, trop de relâchement abaisse la garde. Quand un mot d’ordre syndical de grève est trop désinvolte et ne mérite pas d’être suivi, on reste au poste. Mais pas question pour autant d’en prévenir le chef, habitué à vous faire remplacer systématiquement et qui se trouve interdit, avec son remplaçant inutile. La dignité, ici, se réaffirme avec classe. Faire de l’entre-nous suppose aussi, à chaque instant, de promouvoir le bon liant, de refuser les autres. De tenir tête au racisme d’un copain, de jeter devant les yeux du directeur un sandwich offert à l’inauguration du nouvel atelier, de disqualifier les tentations du fayotage. De repousser, encore et encore, le chef sans cesse relancé par l’encadrement dans des offensives de reconquête. Étalées sur trente-cinq ans de pratique, les chroniques rétablissent le travail quotidien qui s’effectuait dans les années 1970 comme celui des années 2000, réduisant singulièrement l’écart entre les époques supposées de l’apogée de la classe ouvrière ou de sa destruction.



Durand – Truxler fait ressortir également l’articulation des échelles. Le livre articule le temps lent du mouvement quotidien et le temps intense du conflit collectif. Ce dernier, considéré par l’en-bas, ne perd pas toute signification stratégique. Durand n’est pas Fabrice perdu dans le chaos de Waterloo, ni Georges Séguy se prenant les pieds dans le tapis de Billancourt au sortir des discussions de Grenelle en mai 1968. Ni stratège ni troupier, il participe, intervient parfois, suit aussi. L’enjeu gréviste sans cesse retravaillé prend de la consistance à travers les réseaux sociaux qu’il mobilise. Surtout, le livre montre comment l’empreinte d’une grève affecte le monde de l’atelier, comme épreuve d’une vérité forte. Cette empreinte perdure, traversant la répartition des gens sur les chaînes et la distribution des fonctions. Le respect qui s’est étalonné alors reste dans les esprits, et sous-tend une carte sociale aussi présente qu’invisible au néophyte. Pour la maîtrise, l’héritage gréviste est une eau dormante qu’il faut ne pas réveiller. L’image des syndicats est elle aussi modifiée. Entre eux et les réfractaires, le lien n’est ni naturel ni mécanique. Le livre de cet ouvrier, longtemps syndiqué sans plus, fait plutôt ressortir la fragilité du syndicalisme, souvent vu comme une structure malgré le soin que met une forte minorité à le soutenir dans les moments de tension.



L’épaisseur temporelle de ce journal d’une vie d’usine pourrait nourrir d’autres réflexions. Si Durand – Truxler reste, de bout en bout, ouvrier spécialisé puis agent de fabrication dénué de toute réelle promotion en 35 ans d’activité, son cas ne représente qu’une partie des trajectoires qu’il évoque. À côté de ceux qui, comme lui, doivent perdurer avec un corps dont le vieillissement est de moins en moins adapté à l’organisation du travail, quelques autres bifurquent, certains tournent casaque. Beaucoup plus nombreux sont ceux qui ne font que passer dans ce monde que parfois ils rejettent et où, plus récemment, ils n’arrivent pas à se faire embaucher. Original par son écriture, exemplaire par regard, l’écrivain ouvrier apparaît entouré de compagnons de passage. Son point de vue n’en est que plus précieux. Il illustre combien vivre dans un système aussi sophistiqué qu’une usine automobile est affaire de sécession avant que d’opposition. Face à ce que le psychiatre Bernard Doray appelait une folie rationnelle en parlant du taylorisme, il faut marquer la désaffiliation. D’où les mille façons de faire le fou pour ne pas le devenir. Réaction personnelle, réaction collective. Hors de l’usine, au demeurant, notre homme est fort civil. Passionné de rencontres, il rencontre aux Antilles une femme qu’il épouse. Entraîne, plus tard, ses enfants adolescents dans des voyages en auto-stop. Il a lu des livres en tous genres et nombreux, en a aimé certains avec force. Il ne campe pas dans son pré carré. Son rappel n’en prend que plus de force : l’usine fabrique des ouvriers qui, jamais, ne se réduisent à un collectif salarié et reprennent prise sur eux-mêmes en produisant à leur tour leur contre-culture. Une part de notre monde que Marcel Durand rappelle à notre bon souvenir. Merci l’artiste.







Nicolas Hatzfeld
Nicolas Hatzfeld est maître de conférences en Histoire contemporaine à l'université d'évry. Il a soutenu en 2000 à l'EHESS sa thèse d'histoire, Organiser, produire, éprouver. Histoire et présent de l'usine de carrosserie de Peugeot à Sochaux, 1948-1996. Il est membre des comités de rédaction des revues Le Mouvement social et Sociétés contemporaines. Il est notamment l'auteur des Gens d'usine. 50 ans d'histoire à Peugeot-Sochaux.
Autre(s) article(s) du même auteur paru(s) dans la RiLi
Mai 68 : le débat continue
L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68
Pour citer cet article : Nicolas Hatzfeld, « 30 ans d'usine », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 24/02/2009, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=122
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 4 , mars-avril 2008

Numéro 4

mars-avril 2008


Terry Castle - Maris et femmes, 1e partie : Claude Cahun et Marcel Moore

à propos de
Louise Downie (ed.), Don’t Kiss Me :


Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Anne-James Chaton - Portrait : le guitariste

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


La gauche et Mai 68 : 10 + 20 + 10 ans après

Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Ian Buruma - Berlin Alexanderplatz ou l'impossible honnêteté

à propos de
Rainer Werner Fassbinder, Berlin Alexanderplatz
Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz
Klaus Biesenbach (dir.), Fassbinder :


Laurence Denimal - [Joubor] du 10/02/04

Terry Castle - Maris et femmes, 2e partie : Gertrude Stein et Alice B. Toklas

à propos de
Janet Malcolm, Two Lives :


Artistes invités dans ce numéro



Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro